Cemac : le budget 2022 chute à 75 milliards de F Cfa

0
88

L’enveloppe adoptée par le Parlement communautaire est bien en deçà des 94,2 milliards initialement approuvés par les ministres de l’Union Economique de l’Afrique Centrale (Ueac).

- Publicité -

Les ministres de l’Union Economique de l’Afrique Centrale (Ueac) avaient tablé sur un budget équilibré en recettes et en charges à 94,2 milliards de francs CFA. Mais le Parlement communautaire a tranché en dernier ressort, conformément aux textes en vigueur. Ainsi donc, pour l’année 2022, le budget de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac) est arrêté en ressources et en charges à la somme de 75,1 milliards de francs CFA. L’enveloppe connaît une baisse de plus de14 milliards de francs (soit 15,77 % en valeur relative), comparativement à l’année 2021 où elle s’évaluait à 89,2milliards de francs.

« Le budget de la Communauté pour l’exercice 2022 prend en compte, les principales évolutions en cours, sur les plans économique, financier et sanitaire, en relation avec la crise du Covid-19 », a expliqué au Parlement, le président de la Commission, le Pr. Daniel Ona Ondo. Selon le dirigeant gabonais, les principaux enjeux communautaires qui ont servi de base à l’élaboration dudit budget ont porté notamment sur : la transformation structurelle des économies de la sous-région ; la diversification des moyens de production pour se départir de la dépendance des ressources pétrolières ; une meilleure intégration des chaînes de valeur ; la nécessité de tirer profit des potentialités de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (Zlecaf) ; la nécessité de mettre en place un environnement sécurisé gage d’une communauté de paix et stabilité sociale. Du coup, en matière des ressources, les prévisions de financement par la Taxe Communautaire d’Intégration (TCI) sont estimées à 45,3 milliards de francs CFA (au lieu de 64,4 milliards de francs CFA initialement projetés par le Conseil des ministres de l’Ueac) dont 9,5 milliards de francs CFA au titre des arriérés. Les prévisions de TCI courante à recouvrer en 2022 elles sont estimées à 35,8 milliards de francs CFA « en dépit de son potentiel évalué à 97,31 milliards de F CFA sur la base du volume attendu des importations dans la zone Cemac », a indiqué le président de la Commission de la Cemac.

Bien évidemment, apprend-on, l’atteinte de ce niveau de recouvrement ne pourra être possible qu’à la faveur d’un changement notable des Autorités financières des Etats membres pour une libération intégrale de la TCI collectée. D’autant plus qu’en matière des charges, les prévisions sont en baisse car elles intègrent les réductions effectuées sur les charges de fonctionnement des institutions Communautaires. Selon des indiscrétions, le budget ainsi adopté doit permettre : d’aller vers la transformation structurelle des économies de la sous-région ; de diversifier les moyens de production pour se départir de la dépendance des ressources pétrolières ; d’assurer une meilleure intégration des chaînes de valeur ; de tirer profit des potentialités de la zone de libre-échange continentale africaine et de favoriser un environnement sécurisé, gage d’une Communauté de paix et stabilité sociale.

Plusieurs actions prioritaires sont donc envisagées pour cet exercice 2022. Notamment l’élaboration de politiques communes dans les secteurs supports à la compétitivité ; la mise en place d’un cadre réglementaire et institutionnel pour l’investissement et le Partenariat Public Privé (PPP) ; la création d’un Observatoire du Climat des Affaires de la Cemac.

Défis Actuels

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here