Mairie de Bandjoun : La difficile succession “familiale” de Fotso Victor

Les adversaires sont tous des proches et partisans de l’illustre disparu.

0
475

L’élection en vue de la succession de Victor Fotso à la mairie de Pete-Bandjoun aura lieu ce 11 mai 2020. Près de deux mois après le décès de l’emblématique maire de la ville capitale départementale du Koun-khi. Alors que le défunt qui a passé l’arme à gauche à Paris n’est pas encore mis sous terre, la bataille pour sa succession fait rage. En lice, deux candidats, tous de poids : Fotso Maptue Nicky Love, et Emmanuel Chatue. Tous affichent leur proximité avec le défunt maire dont l’héritage politique nourrit les mêmes appétits que l’héritage familial.

Sur les pas de papa

Fotso Maptué Nicky Love aura toujours la camisole de « fille à papa » qui lui colle à la peau. Elle que d’aucuns voient davantage comme tel. Une réalité que la première adjointe sortante ne peut occulter. Mais ne l’affiche pas comme priorité, même si cet argument pourrait par ailleurs être de poids pour cet exercice difficile. Sa profession de foi est intitulée « Ensemble, poursuivons le développement de Bandjoun». Elle y parle plus comme conseillère municipale que comme fille de Fotso Victor. La campagne de la candidate à la succession de son père est intense sur le terrain humanitaire. Actualité oblige, Fotso Maptué s’est engagé dans la lutte contre le Covid-19. Ainsi, le portefeuille familial a servi à offrir une enveloppe de 50 millions de francs aux personnels de santé dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Aussi, avec l’appui des quelques proches de son père, Fotso Maptué Nicky a offert des aides aux établissements hospitaliers de Bandjoun, toutes obédiences confondues ; notamment l’hôpital Ad Lucem de Pête, l’hôpital départemental de Dja, l’hôpital Cebec de Mbouo qui ont reçu chacun une enveloppe d’un million de francs Cfa et du matériel médical dont des lits médicalisés.

Ainsi, avec la bénédiction familiale et des quelques proches amis de son défunt père, Fotso Maptué peut avoir la garantie morale de pouvoir continuer l’œuvre de son père. Mais celle qui est première adjointe au maire de Bandjoun depuis 2013 est en réalité le maire de fait de Bandjoun depuis sept ans. D’autant plus que, de sources concordantes, de sa posture, la fille avait la confiance du père et était le cerveau du gouvernail puisqu’elle pouvait faire oublier le handicap intellectuel de son géniteur. La routine au poste est donc un argument important pour celle qui veut désormais officier officiellement comme maire de Pete-Bandjoun.

Sortir enfin de l’ombre

« Bandjoun pour tous et avec tous »

En face, il y a Emmanuel Chatue, lui aussi proche de Fotso Victor. Le président directeur général de Canal 2 international a bâti sa réputation sur sa chaîne de télévision qui a souvent accordé une attention particulière aux activités politiques et/sociales des siens dont Fotso Victor. Son slogan de campagne est « Bandjoun pour tous et avec tous ». Le patron de presse sait qu’il est un poids plume devant son adversaire si les électeurs tiennent compte du passif. Même s’il peut l’évoquer, Emmanuel Chatue laisse aux réseaux sociaux qui sont particulièrement engagés dans cette campagne électorale, le soin de rappeler que la mairie de Pete-Bandjoun n’est pas un héritage familial. Encore que lui-même peut être lié par les mêmes cordons par alliance. « Monsieur Fotso Victor, notre maire, a été un grand homme qui ne quittera jamais nos esprits et nos mémoires », salue-t-il. Raison pour laquelle l’homme jure lui aussi par le nom du capitaine d’industrie dont il promet de construire un monument dans la cité de Todjom. Avant de revenir à l’essentiel : « Le défi relever est à la fois grand et exaltant. Seul, je ne pourrai rien. C’est pourquoi je fais appel à vous tous afin que nous unissions nos efforts pour atteindre ce noble objectif », lance-t-il à l’endroit des conseillers municipaux. Après être resté longtemps dans l’ombre, l’homme d’affaire veut désormais jouer les premiers rôles.

Comme dans la pluart eds ommunes ou le parti au pouvoir a eu de la peine à élire ses maires, Bandjoun pourrait avoir recours au Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) pour élire son maire, si les parties ne s’accordent pas. Chacun des deux candidats a ses soutiens à Yaoundé.

Fotso Victor est décédé le 17 avril dernier en France, alors qu’il y était évacué pour des raisons sanitaires. A 94 ans, celui qui venait de conduire la liste du Rdpc à la victoire de la municipale du 9 février 2020, n’a eu que le temps de se faire réélire à la tête de la mairie. Puis la maladie en a décidé autrement.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here