Transport maritime : le port de douala lève 100 milliards de Fcfa.

Une partie de ces fonds mobilisés auprès d’un consortium de neuf banques sera affectée au refinancement de la dette bancaire de la plateforme portuaire de Douala-Bonabéri.

- Publicité -

Le Port Autonome de Douala (PAD) vient de mobiliser une enveloppe de 100 milliards de francs CFA auprès d’un consortium de neuf banques locales. Il s’agit d’Afriland First Bank, Société Générale, Bicec, SCB Cameroun, Ecobank Cameroun, Commercial Bank Cameroon, CCA Bank, Access Bank et Bange Bank.

D’une maturité de 12 ans, le financement obtenu par le PAD, grâce à l’expertise de Attijari Securities Central Africa (Asca), filiale du groupe marocain Attijariwafa Bank, va permettre à l’entreprise en passe d’être introduite en bourse par l’Etat du Cameroun, de refinancer sa dette bancaire à hauteur de 45 milliards de francs CFA. Le reste de l’enveloppe sera consacré à l’investissement. La direction Générale du Port Autonome de Douala conduit en effet un ambitieux plan de développement qui vise à porter les capacités de la plateforme portuaire de Douala-Bonabéri de près de 13 millions de tonnes de marchandises à 45 millions à l’horizon 2050. C’est du moins le principal objectif contenu dans le Plan directeur de l’entreprise que dirige Cyrus Ngo’o.

Il s’agit d’un vaste programme d’investissements qui devrait coûter un peu plus de 5000 milliards de francs CFA. Selon le PAD, le top management de l’entreprise portuaire a opté pour un financement par contrat de Construction Opération Transfert (Build, Operate and Tranfer, BOT). « Il s’agit d’un contrat par lequel un investisseur privé s’engage à construire un équipement, puis à le faire fonctionner en tirant sa rémunération des redevances qu’il facture aux usagers de l’infrastructure pendant un certain temps, pour, à l’issue de cette période, en transférer la propriété au cocontractant », explique-t-on au Port.

Développer l’existant et créer un port à Manoka

Le Schéma directeur du PAD s’articule autour de deux grands axes. Le premier concerne l’amélioration du site portuaire actuel. Ici, l’objectif principal consiste à augmenter la capacité actuelle de la plateforme en la faisant passer de 12 millions à 23 millions de tonnes par an à l’horizon 2030. Notamment : 1,9 millions de tonnes par an au terminal hydrocarbures ; 3,2 millions de tonnes au terminal vrac solide ; 3,8 millions de tonnes au terminal conventionnel ; 2,4 millions de tonnes au terminal fruitier et céréalier ; 760 000 EVP/an au terminal à conteneurs ; 1,7 million de tonnes au terminal roulier ; 2 millions de tonnes au terminal bois entre autres.

Le second axe du Schéma directeur du PAD lui, porte sur le développement d’un nouveau site portuaire en eau profonde dans le sixième arrondissement de Douala à la pointe de l’île de Manoka. Parmi les projets annoncés dans le cadre de la mise en œuvre de ce futur port en eau pro fonde, il y a le chenal, long de 24 km, qui permettra l’accès en double voie des na vires, selon les standards opérationnels les plus modernes de sécurité de la navigation et de gestion des terminaux. Le futur site portuaire de Manoka sera équipé à l’horizon 2050 de quatre postes conteneurs, deux postes polyvalents, un poste céréalier, deux postes pour vrac minéralier et deux postes pour hydrocarbures.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.