Le pourtour encore boueux du Stade d'Olembe. Des images que-le-gouvernement-voulait cacher

« L’autorisation de jouer le match en question au stade d’Olembe a été donnée sur la base d’informations tronquées, qui ne rendaient pas compte du fait que le stade en question est encore à ce point en chantier que l’accueil d’un match international comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, n’est en principe pas possible». C’est la substance d’un courrier adressé à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) par la Confédération africaine de football (CAF). Le document qui a fuité sur les réseaux sociaux est daté du 2 septembre 2021. En clair, la veille du match, la CAF s’était rendu compte qu’elle n’avait pas toutes les informations et données réelles sur l’état du stade devant abriter le match Cameroun-Malawi. Le match qui était pourtant programmé depuis la dernière visite conjointe FIFA-CAF, pour servir d’évaluation de cette infrastructure en cours de finition pour être l’ouvrage principal du complexe sportif d’Olembe, s’y est joué tout de même. La mention « en principe» utilisée par Veron Mosengo, le secrétaire général de la CAF, trahit peut-être l’embarras de la CAF dans une telle situation. A quelques heures du match. Tout de même, « les responsabilités seront évaluées et la CAF en tirera les conclusions utiles, mais dans l’immédiat et au vu de l’urgence, elle vous communiquera sa décision», a prévenu Veron Mosengo-Omba.

- Publicité -
Stade d’Olembe ce 2 septembre 2021. La télévision nationale, productrice des images, installe son matériel dans une cour boueuse.

La CAF a fait un état des lieux sommaire de l’ouvrage : « l’état du terrain de jeu du stade d’Olembe est conforme aux exigences de la FIFA et de la CAF», salue le patron de l’administration de la CAF ; mais « l’état d’avancement dudit stade ne permet pas encore d’assurer comme il se doit le bien-être et la sécurité des supporters en principe attendus pour un tel match», déplore-t-il. Alors « la Caf décide : plutôt qu’une mesure plus radicale, elle prononce le huis-clos pour le match Cameroun-Mali…qui ne pourra se jouer qu’en présence d’un minimum de 50 spectateurs à recevoir dans le carré VIP du stade». Exigent le « respect absolu de cette jauge». En attendant les représailles promises et dont nul ne connaît la nature.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here