Prison : Mamadou Mota libéré nuitamment

Le premier vice-président du MRC a épuisé sa peine de prison ce 5 février 2021.

0
815
Mamadou Mota chez Maurice Kamto

Mamadou Mota n’est plus prisonnier. Le premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a recouvré sa liberté nuitamment, précisément autour de 1h ce 5 février 2021. Les formalités de lever d’écrou remplies, le dernier haut cadre du parti de Maurice Kamto a été élargi aussitôt. Dès sa liberté retrouvée, l’homme a pris la direction du domicile de Maurice Kamto qui l’a précédé hors du pénitencier de Kondengui en octobre 2019. Au milieu d’un groupe de militants qui ont tenu à réserver un accueil digne des « grands hommes » à leur leader embastillé depuis juin 2019. Maurice Kamto qui a écourté son sommeil pour les besoins de la cause a remercié les militants et l’équipe d’avocats qui a défendu les intérêts des cadres du parti. Non sans regretter que « de nombreux militants soient encore détenus » dans différentes prisons du pays. La populace qui a bravé la nuit pour accueillir Mamadou Motta a été priée de retourner à leurs domiciles, en attendant des informations qui leur seront données.

- Publicité -

Mamadou Mota a été arrêté le 8 juin 2019, dans le cadre des « marches blanches » organisées par son parti, pour exiger la modification du Code électoral et exiger la fin des travaux d’infrastructures sportives. Des gouffres financiers tout le temps interrompus, au point de faire perdre au Cameroun l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019.

Comme Lapiro de Mbanga

Mamadou Mota rejoignait en prison Maurice Kamto et d’autres cadres du parti qui les y ont précédés en janvier de la même année, pour les mêmes causes, notamment, manifestations illégales, sédition, troubles à l’ordre public, insurrection,… Les autres ont retrouvé leur liberté à l’occasion de la grâce et la commutation de peine décidées par le président de la République. Mais Mamadou Mota n’était pas éligible aux critères édictés par Paul Biya en raison d’une condamnation à deux ans de prison dans le cadre des émeutes qui ont secoué la prison centrale de Yaoundé-Kondengui. Mouvement lancé par des détenus de la crise dite anglophone, et au cours duquel Mamadou Mota avait été impliqué, et qui marquait son soutien à ces compatriotes dénonçant les conditions de leur détention. Aujourd’hui Mota est libre. Et le parti annonce que rien ne le découragera dans sa quête pour des élections libres et indépendantes, ainsi qu’un mieux-être pour les Camerounais.

La libération de Mamadou Mota s’est faite comme celle de Lapiro de Mbanga. L’artiste musicien engagé avait été arrêté en 2008 dans le cadre des émeutes de la faim. A un jour de la fin de son bail carcéral, l’homme avait été libéré nuitamment. Alors que des manifestations étaient annoncées pour lui réserver un accueil à la hauteur de la personnalité qu’il représentait aux yeux de ses admirateurs. Malgré sa requête de boucler sa peine de prison, les autorités judiciaires et carcérales ont court-circuité les partisans de l’auteur de « Mimba we« , pour le libérer au plus profond de la nuit et l’accompagner à son domicile.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here