Port Autonome de Douala: La Régie du Terminal à Conteneurs fait 50, 4 milliards de chiffre d’affaires en 2020

Selon les autorités de la place portuaire, les procédures pendantes devant les juridictions n’entament en rien les résultats de la Régie sans cesse en progression.

0
1252
le PAD poursuit sereinement ses activités

Pour sa première année de service, la Régie du Terminal à Conteneurs (RTC) du Port Autonome de Douala (PAD) affiche de bons résultats. 50,4 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires ont été générés par la nouvelle structure du PAD, du 1er janvier au 31 décembre 2020. Sur la même période, 367 323 conteneurs d’Equivalent Vingt Pieds (EVP) ont été manutentionnés. La redevance du RTC au PAD estimée à 14,17 milliards de francs CFA et les impôts à 5, 42 milliards de francs CFA. Des chiffres qui ont notamment été plus élevés au second trimestre de l’année écoulée. En effet, dès le premier mois de son entrée en activité, la RTC enregistrait 4,6 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires, et dépassait de quelques millions les résultats obtenus sur la même période l’année précédente par l’ancien concessionnaire du terminal, DIT du groupe Bolloré. En six mois, ce chiffre est passé à 23 milliards pour culminer à 50,4 milliards de francs CFA en fin 2020. Ces données chiffrées ont été communiquées par l’administration du PAD pour qui, les différentes procédures en cours devant les instances judiciaires sont sans conséquence sur le déploiement et le chiffre d’affaires que réalise la RTC.

- Publicité -
La procédure se poursuit devant les juridictions camerounaises

Le PAD reste confiant

S’agissant de ces procédures notamment, le PAD a mis en place sa régie dans un contexte marqué par des litiges nés de la désignation en 2019 d’un nouveau concessionnaire pour la gestion de son terminal à conteneur. DIT du groupe Bolloré qui était arrivé au terme de son contrat de concession (15 ans) a cité en justice le PAD, dénonçant une violation de la procédure de sélection en vue de l’écarter. Le Tribunal administratif de Douala qui avait été saisi à cet effet avait annulé la procédure d’attribution en décembre. Le PAD avait alors décidé de mettre en place sa régie et avait par la suite saisi la Cours Commune de Justice et d’Arbitrage (Ccja) à Abidjan pour faire annuler cette décision. Le verdict est tombé le 28 janvier dernier. La Ccja  a vidé sa saisine dans le cadre du recours en cassation du 27 Février 2020 introduit par le PAD contre l’ordonnance de sursis rendue le 31 Décembre 2019 par la présidente du tribunal administratif du Littoral à Douala, et a rejeté le pourvoi du PAD. Mais le PAD, qui avait également formé un pourvoi en cassation devant la Cour Suprême du Cameroun reste optimiste. « Le Port Autonome de Douala se réjouit de cette décision confortant sa défense habituelle et surtout celle entreprise dans le cadre de l’instance au fond dans laquelle la compétence du tribunal administratif est également remise en cause. Le PAD rassure l’opinion publique que l’intervention de l’arrêt de la CCJA renforce la résolution prise par le Conseil d’administration et est sans conséquence  sur la poursuite des activités de la RTC », indique un cadre du PAD. Bien que la décision de rejet prononcée par la CCJA soit insusceptible de recours, rien n’est pour l’instant scellé. L’affaire se poursuit devant les juridictions camerounaises, elles devront statuer sur la suspension de la mise en régie intervenue mais corrélativement sur la légalité de cette dernière. « Pour la suite, nous allons demander au tribunal administratif de se déclarer incompétent et renvoyer Bollore SA et la coalition APMT (Bolloré et Maersk, actionnaires de DIT, Ndlr) à mieux se pourvoir », a poursuivi notre source.

Canicha DJAKBA

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here