Lions indomptables : Le Song de victoire de la nationalisation

0
105

C’est globalement une symphonie d’accords qui a accueilli spontanément la nomination de Rigobert Song Bahanag à la tête des Lions indomptables. Annoncé dans les bagages de Samuel Eto’o qui lui avait promis le poste durant sa campagne électorale, selon des sources proches du nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), la nomination de l’ancien capitaine emblématique des Lions indomptables a reçu un accueil favorable auprès de l’opinion. Même si le bilan de Magnan chez les A’ et les U23 ne plaidait pas en faveur de celui qui aura pourtant passé 17 ans au sein de l’équipe nationale fanion du Cameroun dont 10 comme capitaine, il reste que l’homme aux 137 sélections dont 4 buts, qui avait conquis les cœurs des Camerounais par son engagement sans réserve dans toutes les situations, y compris les entraînements, bénéficie de circonstances atténuantes et du bénéfice du doute.

- Publicité -

Pensionnaire de Clairefontaine

Mais sur papiers, Rigobert Song n’est pas que le fruit d’un regain de nationalisme observé lors de la CAN 2021, alors que la sélection nationale pataugeait dans des eaux troubles des choix tactiques ambigus du Portugais Antonio Conceiçao. C’est aussi un technicien qui a fait ses classes dans des écoles de renom. Lorsqu’il arrête sa carrière au soir du match Cameroun-Pays-bas en juin 2010 lors du Mondial sud-africain, Rigobert Song qui est presqu’expulsé de la tanière par Paul Le Guen qui ambitionne de rajeunir la tanière, entreprend une reconversion dans le couloir de l’entraînement, sur les conseils de Joël Muller, président du Syndicat des entraîneurs de football de France. Et c’est le mythique Clairefontaine qui accueille l’ancien Lensois, en même temps que ses congénères que sont Raymond Kalla, Claude Makélélé, Diomède et Zinedine Zidane. Deux ans après, les pensionnaires reçoivent le Brevet d’Etat et un Diplôme d’entraîneur de football (DEF).

Rigo du temps de sa superbe
BAMAKO, MALI: Cameroon’s Rigobert Song (top) flies above a tackle from Senegal’s Omar Daff, 10 Feburary 2002, in Bamako, during their African Nations Cup final. AFP PHOTO FRANCK FIFE (Photo credit should read FRANCK FIFE/AFP via Getty Images)

Aussitôt, les connaissances acquises sont mises à profit. Et à la dimension de son aura, l’homme commence par le haut. Nommé team manager des Lions indomptables fanion en janvier 2012 sous Denis Lavagne, le néo-retraité accompagnera également Volker Finke. Lors des matchs, l’homme peine à respecter sa position sur le banc de touche et extrapole parfois pour donner des consignes ou gronder les joueurs sur le terrain. la débâcle du Cameroun à la Coupe du monde 2014 emporte le chouchou national accusé d’avoir participé à pourrir l’ambiance dans la tanière des Fauves d’Afrique centrale. Le team manager est limogé. Le Tchad recrute le double champion d’Afrique (2000 et 2002), pour une pige avec les Saos, qui n’a pas prospéré. Puis Tombi à Roko, le président de la Fécafoot issu du Comité de normalisation présidé par le Pr Joseph Owona, croit au jeune technicien à qui il confie la sélection nationale A’ après le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2016. Rigo conduira la sélection réserve à Maroc 2018, et retournera à la maison dès la fin du premier tour. L’ancien Lion indomptable se voit confier la sélection nationale U23. L’homme qualifie les Espoirs camerounais pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de leur catégorie, Egypte 2019. Pour connaître le même sort qu’avec les A’.

Brouille en 2010, réconciliation en 2021

Le temps où plus rien n’allait

Mais le technicien a déniché des talents qui servent aujourd’hui la cause de la sélection fanion. Entre autres Nouhou Tolo, Martin Hongla, et peut-être Oum Goueth qu’il a trouvé chez les A’ et sur qui il a compté chez les U23. L’homme dont la présence a toujours été d’un apport constructif auprès des Lions indomptables, devrait bénéficier de cet atout pour faire passer son message à des Lions affamés par une élimination en demi-finale de la CAN 2021 à domicile. Samuel Eto’o qui a milité pour sa nomination, et qui a même forcé la main du gouvernement à cet effet, pourra être un soutien de taille pour cet ancien coéquipier avec qui il s’est brouillé en 2010, et qui est devenu un soutien de poids pour sa candidature à la Fécafoot en 2021. Lui qui est arrivé à un moment où le débat sur la nationalisation du banc de touche avait refait surface. Dix ans après le passage du dernier compatriote, Jean Paul Akono. Rigo, comme l’appellent affectueusement les Camerounais, n’était pas le plus attendu, et pas maintenant. La touche de Claude-Marie Le Roy est perceptible. Le premier adjoint de Rigobert Song, Sébastien Migne, est un ancien adjoint du Breton qui a offert au Cameroun son second titre continental en 1988, et qui a gardé des relations cordiales avec le pays des Lions indomptables. Claude Leroy qui avait souhaité à un moment terminer sa carrière au Cameroun, et qui a récemment été décoré par le président Paul Biya. Un critique a même pensé que, « en réalité, c’est Migne qui était pressenti au poste, mais les circonstances ont imposé Rigobert Song » à qui l’on a réservé une première place honorifique ; le travail technique revenant au Français. Toujours est-il que le titulaire officiel est un technicien local. Une première bataille gagnée.
Source : newsducamer.com

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here