Dion Ngute remettant l'étendard à Essombe Tiako

Le Cameroun pendra part aux Jeux olympiques 2021 avec une délégation réduite au strict minimum. A peine 12 athlètes. Et aucun sport collectif. Aucun très grand nom parmi, mais de jeunes loups aux dents assez aiguisées. Dents qui doivent être longues. Et en remettant l’étendard à Essombe Tiako, Joseph Dion Ngute, le Premier ministre, a prescrit la combativité, afin que le drapeau du Cameroun puisse flotter à Tokyo et l’hymne national retentir comme du temps de Françoise Mbango. La dernière camerounaise à obtenir une médaille d’or aux Jeux olympiques. Le choix d’Essombe Tiako est un élément de motivation. « Cette cérémonie pour la Cameroon olympic team, est un engagement à représenter valablement le Cameroun aux Jeux olympiques. Ceci, tant dans la discipline que dans la compétition, parce que ce n’est pas une compétition comme les autres ; c’est la plus grande. C’est aussi une compétition de souveraineté« , avait réagi Essombe Tiako.

- Publicité -

La Cameroon olympic team semble avoir tout de même des arguments pour rêver. En commençant par son porte-étendard. Le Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a ainsi jeté son dévolu sur une athlète dont le nom raisonne déjà depuis des années dans les arènes du continent. Agée de 33 ans, Joseph Emilienne Essombe Tiako a fini de conquérir l’Afrique. Celle qui s’est qualifiée en avril dernier à Hammamet, lors du tournoi Afrique-Océanie, règne sur la seconde marche du podium africain de sa catégorie dans la lutte depuis 5 ans, mais a déjà conquis la plus haute marche aux Jeux africains. Dernier souvenir, les derniers Jeux africains organisés à Rabat au Maroc où la championne du Cameroun a terminé en or. Il ne lui reste plus que le plus prestigieux titre pour un sportif : les Jeux olympiques. Essombe Tiako sera « accompagnée » d’Albert Mengue Ayissi. Le boxeur de 69 kg est le seul qui a pris le risque de promettre un résultat positif: « j’ai confiance en moi et je ramènerai au moins une médaille olympique. J’ai travaillé dur et il ne me reste plus qu’à prouver sur le ring », s’est-il exprimé dans le quotidien le jour. Mais le Cameroun pourra compter sur la maturité de Wilfried Seyi. Le porte-étendard 2016, malgré sa jeunesse, avait déjà fait sensation en traversant le premier tour. Le seul boxeur à l’avoir fait. Pour le reste, c’est le cœur qui parle : «je compte donner le meilleur de moi », se contente Sophina Arrey.

Si les uns et les autres se disent confiants et engagés,, il reste que le Cameroun part quelque peu amoindri car la préparation a fait défaut. En dehors de ceux qui bénéficient d’une résidence hors des frontières et qui ont la possibilité de s’entraîner dans de bonnes conditions.

Liste des 12 athlètes du Cameroun

Boxe: Maxime Yegnong Njieyo (+91 kg), Wilfried Seyi (75kg) et Albert Mengue Ayissi (69 kgs)
Natation: Élisabeth Nora et Yves Charly Ndjoume
Haltérophilie: Jeanne Gaëlle Eyenga (-76kg) et Clémentine Meukeugni Noumbissi (-87kg)
Judo: Vanessa Mballa Atangana (+78kg) et Sophina Arrey (-70kg)
Tennis de table: Sarah Hanffou
Lutte: Essombe Tiako (-53kg)
Athlétisme: Emmanuel Esseme (200m)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here