Crise à la Fécafoot : Mouelle Kombi tente de siffler la fin de la récréation

Le ministre en charge des sports a demandé de surseoir à l’Assemblée générale de ce mardi.

0
32
Mouelle Kombi veut siffler la fin de la récréation

La lettre n’a été rendue publique que le weekend, mais depuis jeudi le 8 juillet 2021, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) a demandé au président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) de « surseoir à la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire envisagée le 13 juillet, ainsi qu’à la poursuite du processus électoral en cours, dans l’attente de Hautes directives sollicitées à ce sujet». Le Pr Narcisse Mouelle Kombi répond ainsi à un courrier de la Fécafoot datée du 5 juillet 2021 et se référant à un autre daté du 15 juin 2021. Le dernier en date sollicitait de la tutelle la désignation des commissaires du gouvernement pour l’Assemblée générale initialement prévue demain au Mont Fébé hôtel de Yaoundé. Ce en respect de la loi d’Orientation sportive de juillet 2018, et des statuts en vigueur à la Fécafoot, qui prévoient la présence de commissaires du gouvernement comme observateurs, sans droit de vote. La tutelle non seulement se refuse à désigner ses représentants aux assises ayant pour objet la validation des textes de la Fécafoot, mais demande l’annulation de cette assemblée générale.

- Publicité -

Mouelle Kombi siffle ainsi la récréation au moment où Séidou Mbombo Njoya, le président de la Fécafoot, s’apprêtait à entamer une phase importante du processus électoral de l’instance. D’autant plus que la validation des textes ouvre ainsi la voie pour les élections proprement dites. Or les parties en conflits ne s’accordent pas toujours sur l’assemblée générale qui va adopter les nouveaux textes. L’interprétation de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) du 15 janvier 2021 pose problème. Pour Olympique de Meiganga qui avait saisi le tribunal suprême mondial du sport et ses accompagnateurs, seule l’Assemblée générale de 2009 est légitime, à partir du moment où les textes adoptés ne octobre 2018 ont été annulés et donc l’élection de Séidou Mbombo Njoya avec. La brouille vient de la reconduction de l’équipe Seidou Mbombo Njoya, du moins les organes en place pour assurer la transition. Du coup, les patrons actuels de Tsinga estiment que l’Assemblée générale en place fait partie desdits organes. Jamais, rejettent les adversaires qui soutiennent que seul le Comité exécutif devrait rester en place. Le Minsep interprète la sentence dans le même sens. Déjà que la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a tranché dans le même sens le 10 juin dernier. Aussi, le ministre des sports a été saisi la semaine dernière par 44 membres de l’Assemblée générale de 2009, qui contestent la légitimité de ceux convoqués à Yaoundé ce 13 juin 2021 pour adopter les nouveaux textes de la Fécafoot. L’exécutif transitoire de la Fécafoot refuse de s’y conformer. D’où la tenue des assemblées générales des ligues départementales, puis régionales, avec les élus de 2018.

Le ministre dit n’avoir pas été associé à la conduite de la transition. Du moins, Mouelle Kombi déclare n’avoir pas été informée de la feuille de route prescrite par la FIFA, encore moins du chronogramme du processus électoral arrêté par la Fécafoot. Elle qui doit assurer la police dans la poursuite des activités des fédérations sportives civiles nationales. La FIFA n’est pas loin d’être sollicitée une nouvelle fois.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here