Finance islamique : Le nouveau règlement pourrait impacter 60% de commerçants en zone CEMAC

Hassan Belibi Noah, expert financier, directeur général de African Islamic Finance Consulting indique qu’au-delà de ces acteurs, l’Etat du Cameroun pourra lever des fonds à taux zéro à travers plusieurs méthodes et les fonds gratuits pour le financement du social, ce qui selon l’expert sera un avantage considérable par rapport aux financements actuels avec des taux d’intérêt allant parfois jusqu’à 9%.

- Publicité -

Au niveau de la sous-région, le règlement relatif aux conditions d’exercice et de contrôle de l’activité de la finance islamique dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac) a été récemment adopté par le comité interministériel de l’Union monétaire de l’Afrique Centrale (Uma).

Il s’agit d’un texte applicable aux établissements de crédit et de microfinance qui exercent l’activité de la finance islamique dans les Etats membres de la Cemac, à leurs dirigeants, leurs commissaires aux comptes et aux membres de leur comité de conformité.

Hassan Belibi Noah, expert financier, directeur général de African Islamic Finance Consulting, indique dans les colonnes du quotidien national bilingue Cameroon Tribune paru mardi 22 novembre 2022 que la finance islamique est un système financier basé sur l’économie réelle, encadrée par l’éthique et en conformité avec le droit islamique des affaires.

« Bien qu’étant réservée à toutes les cibles du marché bancaire, sans distinction de tribu, de races ou de religions, ce qui est vrai c’est qu’elle est obligatoire pour les musulmans car l’intérêt sur toutes ses formes leur est interdit. Lorsqu’on sait que cette population constitue près de 35% des populations au Cameroun et 60% des commerçants dans nos marchés » explique l’expert.

Avec la venue des nouveaux textes, les banques et les microfinances pourront se faire une nouvelle santé en élargissant leurs portefeuilles de produits et en diversifiant les partenaires, notamment les nouveaux clients et les investisseurs des fonds islamiques. Au-delà de ces acteurs,   Hassan Belibi Noah explique également que l’Etat du Cameroun pourra lever des fonds à taux zéro à travers les Sukuk (certificat d’investissement conforme à la charia) et les fonds gratuits pour le financement du social, ce qui sera un avantage considérable par rapport aux financements actuels avec des taux d’intérêt allant parfois jusqu’à 9%.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.