Entreprises. L’accès des PME à la commande publique préoccupe

Les autorités viennent d’organiser un cadre d’échanges à Douala pour renforcer les compétences techniques et expliquer aux dirigeants des PME les dispositifs d’accompagnement qui existent et les facilités pour répondre aux difficultés  qu’elles éprouvent à soumissionner aux marchés publics.

- Publicité -

Les grandes entreprises restent plus nombreuses à participer aux appels d’offres  dans le cadre des marchés publics.  Les PME camerounaises restent à la traîne tandis qu’elles sont plus représentatives du tissu économique local. Pour les autorités, cette faible présence des PME dans la commande publique s’explique par une absence de certaines compétences techniques, notamment la manière de structurer leur offre.   Seulement pour les PME,  cette raison est secondaire aux principales qui sont l’accès au financement et les retards dans le paiement. « Un des problèmes c’est le paiement après que les prestations soient faites. Les banques locales n’accompagnent pas les  entreprises et  très souvent  ceux qui ont donné le travail ne paient pas à temps les prestations. Dès  que les attachements sont déposés et que vous n’êtes pas payés, généralement  ça bloque et on parle de l’incapacité  de l’entreprise ; pourtant c’est le paiement qui n’a pas  suivi » explique Simon Lapnet, chef d’entreprise.

Anicet Tchindje, lui aussi entrepreneur,  souligne un autre écueil.  Celui de la mobilisation des garanties et les démarches administratives pour le paiement.  «  L’une de nos difficultés, c’est les cautions de soumission qu’on nous demande souvent et qui sont souvent pas  évidents à obtenir.   Puis,  après l’exécution du marché il faut attendre six mois ou un an avant de se faire payer  et les modalités même de paiement ne  sont pas évidentes. Il y a beaucoup de tracasseries  du coup, nous les PME parfois  on préfère être sous traitants  devant les marchés publics », dit il.  

 Face à ces difficultés, le gouvernement entend déployer des moyens pour que les PME puissent facilement accéder à la commande publique. Déjà, une concertation entre le ministère des Marchés publics et le secteur privé s’est tenue il y a quelques jours à Douala. Placée sous le haut patronage du ministre des PME, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat, cette rencontre a permis d’échanger avec les acteurs sur la stratégie gouvernementale d’accompagnement pour l’accès des PME aux marchés publics.  «  Il est important que nous puissions créer un cadre  qui permet de disséminer cette information  de pouvoir mettre à leur disposition toutes les incitations juridiques, fiscales et autres dispositifs d’accompagnement qui existent afin que les PME puissent tirer profit de la commande publique. Une chose est de concourir à la  commande publique et une autre est de l’exécuter  dans de très bonnes  conditions. Donc, sur le plan technique, il est nécessaire qu’elles puissent  accéder à un autre pallier et que sur le plan financier avec la constitution des garanties nécessaires  elles bénéficient des dispositifs d’accompagnement », a déclaré Achille Bassilekin III.

Au terme des échanges, certains chefs d’entreprises se montrent édifiés. « On nous explique qu’il y a eu quelques améliorations au niveau de l’accessibilité  aux conditions de marché. Par exemple, à l’époque, les problèmes de lotissement étaient une difficulté en ce sens qu’il fallait avoir une certaine taille pour avoir accès au marché  Le Minmap nous explique ce qu’il y a eu  comme allègement et nous pensons que ce sera un atout pour les PME d’accéder au marché »  espère Simon Lapnet.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.