Energie : plus de 30 mégawats d’électricité injectés en 2022.

Produit à partir du barrage hydroélectrique de Mekin et des centrales photovoltaïques modulaires de guider, cet additif a permis d’améliorer l’offre énergétique.

- Publicité -

Selon le Premier ministre, Joseph Dion Ngute qui présentait le Programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice 2023, la part du gouvernement dans la fourniture de l’électricité en 2022 a été impor tante. Au total l’Etat a injecté plus 30 mégawats dans le réseau de l’électricité en 2022.

Ainsi dans la composante électricité, les faits marquants de l’année 2022 sont : la mise en service de la mini-centrale hydroélectrique de Mbakaou carrière d’une capacité de 1,4 Mégawatts (MW) ; l’opérationnalisation du barrage hydroélectrique de Mekin d’une capacité de 15 mégawatts (MW) ; la mise sous tension de la ligne de 225 Kilovolts (KV) entre Nkong samba et Bafoussam, ainsi que de son poste de transformation à Bafoussam. Enfin la mise en service des centrales photovoltaïques modulaires de 15 mégawatts (MW) à Guider. Toujours dans le secteur de l’électricité, le gouvernement a poursuivi de nombreux projets portant sur les lignes de transport de l’énergie électrique, d’après le Premier ministre. Par exemple, les travaux du projet de renforcement et de stabilisation des réseaux électriques de la ville de Yaoundé, affichent un taux d’exécution global d’environ 77,65%, apprend-on du discours du Premier ministre.

Dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement liquide, le gouvernement a accéléré la mise en œuvre du Projet d’Alimentation en Eau Potable de la Ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (Paepys). Financé par un prêt d’Eximbank China, pour un coût total de 399 milliards francs CFA (736 millions $) et exécuté par l’entreprise chinoise Sinomach, ce projet devrait mettre un terme au déficit en eau potable de la ville de Yaoundé. Dans sa phase initiale, le Paepys doit apporter un complément de 300 000 m3/j, puis 400 000 m3/j dans la phase d’extension. Il per mettra également de couvrir les villes et localités riveraines, notamment Batchenga, Obala, Nkometou, Soa et Ntui. A ce jour, le projet enregistre un taux d’exécution physique global de 91,8%.

Toujours dans le secteur de l’eau potable, le gouvernement a achevé le projet de construction, réhabilitation et extension des systèmes d’approvisionnement en eau potable dans 52 centres.

La première phase du Planut volet eau a permis de construire huit cents (800) forages et des adductions d’eau dans les Régions de l’Est, du Centre, de l’Extrême Nord, de l’Adamaoua, du Sud, du Littoral, du Sud-Ouest et du Nord-Ouest ; soit un taux de réalisation de 97,8%, pour un coût total de 7 milliards 869 millions francs CFA. Pour ce qui est de la phase deux du Planut, le Premier ministre a annoncé que plus de cent quatre-vingt (180) forages ont déjà été finalisés, soit un taux de réalisation d’environ 63%.

Dans le segment des produits pétroliers et du gaz, le gouvernement a assuré l’approvisionnement régulier du marché, en dépit des contraintes induites par la hausse du prix desdits produits à l’international.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.