Crise: Le Coq sportif veut attaquer la Fecafoot en justice

Le président de la firme française qui continue de tendre la main à la Fécafoot, menace son partenaire et ses éventuels remplaçants.

0
75

 »Nous vous informons d’ores et déjà que nous avons d’ores et déjà mandaté notre conseil habituel, afin d’engager toutes les procédures judiciaires nous permettant d’obtenir réparation du préjudice subi… » Marc-Henri Beausire, le président de Le Le Coq sportif est en route pour la justice. Une action est en vue contre la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) qui a décidé unilatéralement de rompre le contrat qui l’a liait à l’équipementier français. A travers une communication de Blaise Djounang, le Secrétaire général de la Fecafoot rendue publique le 1er juillet dernier. Et cinq jours plus tard, Samuel Eto’o, le président de la Fecafoot a lancé un appel d’offre en vue de trouver un nouvel équipementier aux sélections nationales de football du Cameroun. Dans le courrier que lui adresse le patron de Le Coq sportif, on apprend que les deux parties ont eu des échanges qui n’ont pas abouti. Et Marc-Henri Beausire indique avoir essayé en vain de ramener Samuel Eto’o à de meilleurs sentiments.

- Publicité -

Dans son communiqué annonçant la rupture de la collaboration, la Fecafoot laisse croire que Le Coq sportif n’avait pas honoré ses engagements vis-à-vis du Cameroun.  »Nous vous rappelons une nouvelle fois que nous n’avons manqué à aucun des engagements qui nous incombent en qualité d’equipementier de la Fecafoot depuis plus de trois ans ». En se référant aux termes de l’appel d’offre, Le Coq sportif soupçonne la Fecafoot d’être en quête d’un partenaire moins coûteux pour elle  »à quelques mois de la Coupe du monde » 2022 à laquelle le Cameroun prend part après avoir manqué le rendez-vous de 2018. Le partenaire semble ainsi comprendre son partenaire qui semble connaître à son sens quelques soucis financiers. Lui qui semble avoir par ailleurs retrouvé une place au soleil grâce au Cameroun avec lequel il avait déjà engagé l’idylle en 1982 du temps de sa splendeur. Alors que Le Coq sportif commençait à s’en remémorer, Samuel Eto’o leur a tourné le dos. Pour autant, la firme française n’entend pas laisser filer le Cameroun et continue de tendre la main.  »Nous souhaitons une dernière fois vous inviter, monsieur le Président, à revoir votre position afin de nous permettre de poursuivre sereinement la préparation des commandes de repliquas d’ores et déjà engagés pour votre fédération », tente-t-il de supplier un interlocuteur qui veut hisser la barre plus haut. Des sources proches de la Fecafoot annoncent Nike en course.

Du coup, la voie judiciaire semble inévitable.  »En ce sens, nous attirons encore votre attention sur le fait que dans l’hypothèse où tout tiers et notamment tout équipementier viendrait à porter atteinte aux droits dont nous sommes titulaires, nous ne manquerons pas d’engager immédiatement toute procédure judiciaire appropriée à son encontre  », menace-t-il.

La lettre de l’équipementier à la Fécafoot

Sur le même sujet:

Lions indomptables : Eto’o Fils rompt le contrat de Le Coq sportif

Fecafoot : vers un nouveau front judiciaire au sujet de l’équipementier

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.