Centrafrique : Sylvain Nguema parle du dialogue républicain

L'analyste militaire pense que le Dialogue de Réconciliation Nationale qui a été caractérisé par la franchise, la courtoisie et la tolérance, a atteint ses objectifs.

0
53

Le Dialogue de Réconciliation Nationale, ou comme on l’appelle le « Dialogue Républicain », censé mettre fin à la crise sécuritaire qui secoue la République centrafricaine depuis 2013 et renforcer la sécurité et l’entente dans le pays, s’est achevé dimanche 27 mars, à Bangui avec plus de 600 recommandations proposées par 450 participants qui ont participé aux travaux depuis le 21 mars, tenue dans les locaux de l’Assemblée nationale.

- Publicité -

Tout d’abord, et avant de commenter cet important et tant attendu dialogue républicain en République centrafricaine, il faut savoir que le mérite de la tenue de cet événement important revient au travail effectué par les forces de défense et de sécurité du gouvernement, qui ont réussi à rétablir la stabilité de la situation et à contrôler toutes les villes et les villages qui étaient aux mains des rebelles et cela pendant un temps record.

La République centrafricaine a su restaurer la stabilité sécuritaire, après une période électorale intense, au cours de laquelle plusieurs groupes armés ont semé la violence à travers le pays, refusant de suivre les termes de l’accord de paix signé à Khartoum. Les violences dans cette république africaine ont entraîné le déplacement de plus de 200 000 citoyens en moins de deux mois, et plus de la moitié d’entre eux ont fui vers les pays voisins.

Il est également indéniable que les forces armées gouvernementales (FACA) ont pu affronter les rebelles et les mercenaires les plus puissants à Boali, Bouar, Grimari, Bossangoa et d’autres régions, et les forces de l’Armée nationale ont pu lancer de nombreuses contre-attaques actives et efficaces contre ces groupes terroristes.

En effet, indépendamment du fait que ce dialogue républicain ait été caractérisé par la franchise, la courtoisie et la tolérance, il a sans doute déjà atteint ses objectifs, et cela n’est pas seulement pour le Président de la République, M. Faustin Archange TOUDERA, mais en général, les participants ont pu extraire plus de 600 propositions importantes et logiques, notamment dans le domaine de la sécurité.

Parmi les recommandations formulées par les participants et retenus dans le rapport final comme mentionné, figurent la paix, la sécurité, la réconciliation nationale, la bonne gouvernance et le progrès socioéconomique de la Centrafrique.

D’un point de vue militaire, la sécurité du pays est une priorité insurmontable, de sorte que la poursuite du développement dans ce domaine devrait viser à renforcer les forces de sécurité, ce qui empêchera le pays de retomber dans une crise sécuritaire et protégera la population civile des ennemis extérieurs.

Il convient de noter que parmi les recommandations les plus importantes qui sont venues de ce dialogue sur le terrain sécuritaire, la nécessité de levée totale de l’embargo sur les armes pour la défense et la protection du peuple et du territoire centrafricain imposé à la république depuis 2013, qui, selon de nombreux analystes politiques, est devenu exagéré, et sela est sur la base de l’expérience militaire acquise par l’armée nationale (FACA), ainsi que de Il est également nécessaire de mettre en place une cellule technique multisectorielle et pluridisciplinaire pour la délimitation et la sécurisation de nos frontières, afin de s’assurer que les groupes rebelles ne s’infiltrent pas depuis les pays voisins car ils sont le premier financier des groupes armés opérant dans le pays.

En conclusion, le Président de la République a par ailleurs, appelé : « toutes les forces vives de la nation à s’approprier les recommandations de ce Dialogue Républicain et à soutenir leur mise en œuvre holistique ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here