Cemac. Un nouveau mécanisme de financement de projets

0
135

L’approche qui repose sur un mixage de dons et de prêts va permettre le financement des projets d’infrastructures dans les secteurs des TIC, de l’énergie et des transports.

- Publicité -

Face aux difficultés à lever des fonds, la sous région expérimente désormais une technique appelée « Blending » pour le financement de ses projets. Cette méthode sera pour la première fois utilisée dans le cadre de l’exécution du 11ème FED pour lequel l’Union Européenne et l’Afrique Centrale, représentée par ses deux Organisations d’Intégration Régionale, la CEEAC et la CEMAC, ont signé   en 2015 une convention de financement. Celle-ci portait sur  un montant total de 350 millions d’Euros dont 135 millions d’euros pour le volet « infrastructures régionales incluant 20 millions d’euros pour l’Appui à la gouvernance des infrastructures ». Cette convention préconise en effet une approche coopérative novatrice pour le financement des infrastructures dans la région, intitulée « Blending ». Soit un mixage de dons et de prêts visant à obtenir un meilleur impact des fonds alloués dans le cadre du 11ème FED.

« C’est une approche novatrice parce qu’il permet de combiner les investissements publics  avec le secteur privé. Il est évident que l’union européenne ne peut pas tout financer. Il y aura toujours un gap. Le blending est une approche nouvelle dans la sous région et à laquelle nous adhérons. Nous nous battons pour qu’il y ait des infrastructures car la situation des infrastructures n’est pas du tout reluisante» souligne Daniel Ona Ondo,  le président de la commission de la Cemac. Les secteurs visés par ce programme d’infrastructures sont les TIC, les transports (routier et ferroviaire) et l’énergie. Il ressort en réalité d’après des études que sur une population de 191 millions d’habitants en zone Cemac, moins de 45% ont accès à l’énergie ainsi qu’à internet tandis que seulement 25% des routes sont bitumées. Pour améliorer ces chiffres, une mission d’assistance technique avait été commise auprès des Commissions de la CEMAC et la CEEAC à travers le Programme d’Appui à la Gouvernance des Infrastructures Régionales et Nationales en Afrique centrale (PAGIRN) toujours dans le cadre du 11 eme FED. L’objectif principal de cette mission étant l’identification des projets d’infrastructures régionales dans ces secteurs cités.  Dans sa copie rendue public au cours d’un atelier qui s’est tenu du 20 au 21 janvier à Douala, cette mission a dressé un répertoire des projets régionaux éligibles au mode de financement blending. Ceci, sur la base des informations collectées auprès des Etats et des institutions spécialisées basées en région Afrique centrale.  Sur les projets prioritaires et éligibles au niveau de la Cemac, il y a notamment le renouvellement de la ligne de chemin de fer Belabo-N’gaoundéré pour un budget estimé à 43 milliards, le bitumage de la route Dolisié-Kibangou-Nyanga entre le Congo et le Gabon pour un coût estimatif de 94,3 milliards de FCFA. La mission s’est également penchée sur les obstacles/contraintes des projets n’ayant pas atteint l’état de maturité et des actions à entreprendre pour résoudre les contraintes identifiées   Pour l’exécution des différents travaux, la commission de la Cemac  est le maitre d’ouvrage.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here