Le ministre et le président de la Fécafoot n'ont pas défendu les intérêts de la presse et des supporters

Dans un communiqué rendu public ce 2 septembre au soir, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) informe la presse nationale que « en application des protocoles sanitaires anticovid de la Caf et de la FIFA actuellement en vigueur, ces instances faitières ont décidé de faire jouer les rencontres de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 à huis clos total». Narcisse Mouelle Kombi qui a précisé entre parenthèses « sauf cas exceptionnel », pour évoquer la possibilité laissée par la Confédération africaine de football (CAF) d’admettre un nombre réduit de spectateurs au stade à l’occasion de certaines rencontres, poursuit en arguant qu’« aucune dérogation expresse n’ayant été accordée pour la circonstance, la rencontre Cameroun-Malawi prévue le 03 septembre 2021 à partir de 20h au stade d’Olembe à Yaoundé, se déroulera en l’absence de spectateurs, toutes catégories confondues ».

- Publicité -

A sa suite, la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a pondu un message similaire, mais plus complet : «en application des protocoles Covid-19 pour les matchs de la CAF et de la FIFA, la CAF a décidé de ne pas autoriser la présence des médias pour le match Cameroun-Malawi du 03 septembre. En conséquence, aucun média n’est accrédité pour cette rencontre », a signé le département communication de l’instance. En clair, la presse que le Minsep a refusé de citer, est persona non grata au stade d’Olembe demain, à l’occasion de la rencontre Cameroun-Malawi. Au prétexte de la pandémie du Covid.

La presse vide la salle des conférences en protestation contre sa mise à l’écart de l’organisation du match Cameroun-Malawi

Pas de quoi convaincre la presse nationale a mal pris ce coup dans son dos. Elle qui déjà n’a pas eu accès au stade lors des entraînements des Lions indomptables ; et pourtant quinze minutes étaient, comme de tradition, accordées à la presse pour les images et autres informations qu’elle juge nécessaires. La première réaction des journalistes a été de boycotter la conférence de presse d’avant-match.

La communication de la CAF et le staff des Lions subissent le courroux de la presse

Dans d’autres pays, la CAF n’a pas été aussi dure et a permis quelques milliers de spectateurs. Au Cameroun, les Lions indomptables vont inaugurer le plus grand stade du pays les gradins vides. Dans un match dont les supporters cherchent les billets depuis plus d’une semaine. De quoi aiguiser les soupçons sur un chantier qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, en termes de faits divers. Et même, ces derniers jours, le site du chantier a encore vécu un mouvement d’humeur des ouvriers.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here