Bureau de mise à niveau : vers une cessation d’activités ?

0
91

Du fait d’un manque de financement, l’organisme pourrait arrêter son soutien aux PME dès 2022, ceci au grand désarroi des entreprises camerounaises de plus en plus exposées à la forte concurrence des échanges commerciaux dans le cadre des APE et de la Zlecaf.


Rehausser le niveau des entreprises camerounaises pour les préparer à faire face à la rude concurrence qui naîtrait des Accords de Partenariat Economiques signés avec l’Union européenne. Dès la création du Bureau de Mise à Niveau des entreprises, l’objectif et les missions assignés à cet organisme gouvernemental étaient clairs. En près de sept ans d’activités, 785 entreprises ont adhéré au Programme national de mise à niveau et parmi elles, 128 ont été éligibles aux critères de sélection du Programme. L’Etat a versé aux entreprises sélectionnées environ de 4, 5 milliards de francs CFA de primes sur investissements matériels et immatériels. En retour, ces entreprises ont directement investi dans l’économie nationale 19,5 milliards de francs de francs CFA. Ces chiffres ont été révélés par Chantal Elombat Mbedey, directeur général du Bureau de Mise à Niveau. C’était le 29 juillet dernier au cours d’une signature de convention avec des entreprises à Douala.

- Publicité -

Mais le chemin pourrait bien s’arrêter là. Au cours de la récente session du Comité de pilotage du BMN tenu organisé le 7 juillet dernier, l’organisme a dû confronter l’incertitude dans laquelle il baigne. « Le financement de l’Agence française de développement (AFD), consécutif au 3e CD2 (Contrat désendettement développement, NDLR), s’épuise en décembre 2021. Puisque le BMN n’a pas été reconduit pour le second triennat. Une vaste réflexion est engagée par le Comité de pilotage pour permettre un autofinancement du BMN », révélait un membre du Comité. Autrement dit, la structure étatique se retrouve sans financement. Celui-ci lui provenait à sa phase pilote en 2016, de l’Organisation des Nations-Unies pour le Développement Industriel (Onudi), puis de l’Union européenne dans le cadre du Programme d’Appui à la Compétitivité de l’Economie Camerounaise (Pacom) dans le sillage de la signature de l’Accord de partenariat économique avec l’UE. Depuis 2017, c’est l’Agence Française de Développement qui finance la structure. Ce dernier n’ayant donc pas été reconduit, le BMN s’achemine vers une cessation d’activités d’ici 2022. Pourtant,« le BMN est cette structure qui permet aux entreprises camerounaises de faire face à la rude concurrence que leur livrent les marques étrangères du fait de l’ouverture du marché national dans le cadre d’abord des Accords de Partenariat Economiques signés avec l’UE, et depuis cette année, dans le cadre de l’entrée en vigueur de la Zone de Libre échange continentale», indique une source au BMN.

Selon la stratégie du BMN, cet organisme de l’Etat a besoin d’une enveloppe d’un montant de 65 milliards de Francs CFA pour réaliser ses objectifs sur la période 2020-2024. Ceci, dans l’optique de pouvoir conduire la mise à niveau de 600 entreprises camerounaises. Le volet développement des APE doté d’une enveloppe de 400 milliards de francs CFA prévoit notamment l’accompagnement à la compétitivité des petites et moyennes entreprises camerounaises. Ce financement devrait être débloqué à partir de 2021, mais tardent à l’être jusqu’ici.

LE BMN, L’INSTRUMENT POUR LA COMPÉTIVITÉ DES ENTREPRISES

Le BMN est une structure étatique sous tutelle technique du ministère en charge de l’Economie. Il a été mis en place pour accroître la compétitivité des entreprises camerounaises, dans un contexte d’émergence de la zone de libre-échange. Il déploie depuis sa création en 2011, des outils tels que le Programme national de mise à niveau (PNMAN). En plus de l’accompagnement dans la compétitivité et la restructuration financière, le BMN a signé des partenariats avec plusieurs organismes financiers, en vue de faciliter l’accès aux financements aux entreprises bénéficiaires des programmes du BMN.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here