Boissons en canette.les raisons de la hausse des prix  

Faisant partie des secteurs les plus touchés par la crise inflationniste, la sabc a procédé à une augmentation de 100 FCFA sur les prix d’achat auprès de ses clients détaillants.

- Publicité -

Il fallait s’y attendre.De nouveaux tarifs sont en vigueur depuis quelques jours pour les clients détaillants des boissons en canettes des Brasseries du Cameroun.  L’entreprise a décidé d’augmenter de 100 FCFA le prix d’achat actuel par pack de 24 des cannettes de 33 et 50 cl.  «  En raison de l’augmentation soudaine des prix des matières que nous utilisons dans notre processus de production, nous n’avons pas pu empêcher une augmentation de prix  sur le conditionnement canette des marques que nous commercialisons », explique le directeur commercial de la compagnie, dans une correspondance adressée aux détaillants.

En effet, cette hausse des prix était prévisible.   Les brasseurs ont depuis des mois demandé une augmentation d’au moins 8%  du prix des produits finis pour compenser à hauteur de 28 milliards  le surcoût de production estimé à 35 milliards de FCFA.  Le secteur brassicole est cité comme l’un des plus touchés par la crise inflationniste. D’abord du fait de la pandémie et plus récemment à cause du conflit entre la Russie et l’Ukraine.  A fin septembre 2022, selon une enquête du Gicam, au moins 40% des entreprises connaissent une dégradation de leur trésorerie, principalement du fait de la hausse des coûts de production et des difficultés d’approvisionnement.  L’industrie brassicole occupant la première position avec une baisse de – 80%.

 S’agissant des prix des matières premières évoqués auprès des détaillants, le secteur brassicole affiche une dépendance d’environ 50%  des importations.  Elles portent notamment sur les emballages, le malt, le houblon et des pièces de rechange. En mars 2022, le coût de production de la bière était évalué à une hausse de +20% entre 2020 et 2022.  En plus de 7 milliards pour la consommation du fuel, les industriels évaluaient au premier trimestre de cette année, des pertes de l’ordre de plus de 44 milliards du fait du non-ajustement des prix.  Ils demandaient alors une augmentation d’au moins 50FCFA TTC sur la bouteille de 65 cl actuellement fixée à 650 FCFA.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.