Blé : l’approvisionnement inquiète

0
119

Dépendant de la Russie, le Cameroun réfléchit à contourner les pénuries de céréales que pourrait engendrer la crise ukrainienne.

- Publicité -

Sachant que l’intégralité du blé consommé au Cameroun est importée, l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait fragiliser le Cameroun, dépendant de ce pays pour son approvisionnement en blé. Alors que le commerce de céréales de Russie est à l’arrêt, le cours du blé a enregistré une hausse de 23 % en février, un record depuis 2015.L’approvisionnement en blé, et son prix, pourrait être durablement affecté si la guerre se poursuit, et sous l’effet des sanctions imposées à Moscou.

Si le Cameroun a diversifié ses sources d’approvisionnement, notamment en France (117 000 tonnes), 144 000 au Canada et 54 000 tonnes des Etats-Unis, 300000 tonnes de blé, importées en 2020 venaient de Russie. Ces importations ont couté environ 150 milliards FCFA, d’après le Bureau de Mise à Niveau (BMN).

Depuis le début de l’année 2022, évoquant la rareté et la hausse du prix de la farine de blé utilisé pour la fabrication du pain, le Syndicat patronal des boulangers du Cameroun veut répercuter ces aléas en augmentant à son tour le prix de la baguette. Seulement, le gouvernement camerounais est opposé à cette augmentation du prix du pain fixé pour l’instant à 125 FCFA la baguette de 200 grammes.

Le ministère du Commerce a donc engagé des concertations pour trouver des solutions alternatives. « Pour approvisionner le marché en farine de blé, nous avons proposé de s’orienter désormais vers la Turquie », apprend-on. La Russie est jusqu’ici le principal fournisseur de blé, indique-t-on au ministère du Commerce. « Mais ce pays est désormais défaillant à cause du Covid-19, les mauvaises récoltes et les changements climatiques. Ce qui n’est pas le cas avec la Turquie (classé dans le top10 des plus grands exportateurs de blé au monde) », affirme-t-on.

LA TURQUIE EN EMBUSCADE

Le ministère du Commerce aurait soumis à sa hiérarchie, une offre de la société turque Dharma. Cette dernière se propose de fournir au marché local 600 000 tonnes de blé par an, à un prix « défiant toute concurrence ». Dharma, apprend-on, est une multinationale turque dédiée au commerce extérieur axé sur le marché africain. Depuis 2015 qu’elle a été créée, elle est impliquée dans différents projets d’import-export en Azerbaïdjan, Bénin, Côte d’Ivoire, Sierra Leone, Kazakhstan, Afghanistan, Cameroun, Djibouti, Ghana, Niger. Ces dernières années, les boulangers manœuvrent pour augmenter le prix du pain. En 2021, le ministère du Commerce a dû négocier avec le Groupement des industries meunières du Cameroun et les responsables du Syndicat national des boulangers du Cameroun pour maintenir le prix de la baguette de pain de 200grammes à 125 FCFA. Les syndicalistes avaient évoqué comme motifs : la hausse des cours du blé sur le marché international et la hausse du fret qui ont une incidence sur le prix final de la farine de blé.Ce produit représente jusqu’à 80% du cout de revient du pain.

POLITIQUE D’IMPORT-SUBSTITUTION

Le problème d’approvisionnement du marché en blé se pose au moment où les autorités prônent la politique d’import-substitution qui permettrait de substituer la farine du blé à celle des céréales et des féculents locaux. Du côté de la société civile, l’Association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs (Acdic) a déjà démontré qu’il était possible d’incorporer ces farines locales dans la fabrication du pain. Mais l’idée tarde à être matérialisée à l’échelle industrielle.

Le Groupement des industries meunières du Cameroun (Gimc), syndicat qui revendique 70% des parts de marché de la production de farine de blé au Cameroun, a annoncé la cessation des livraisons de blé et de farine de blé sur l’ensemble du territoire national pour une durée indéterminée, à partir du 9 février 2021. Pour contourner la rareté de la farine de blé sur le marché, le gouvernement veut encourager des substitutions à base de céréales et féculents locaux comme le manioc. 

Par Amandine Atangana

Défis Actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here