Abbas Mahamat Tolli : « La Beac fait preuve de résilience et d’adaptation en dépit des crises ».

0
24
Abbas-Mahamat-Tolli-Gouverneur-de-la-Beac

- Publicité -

Le mot du gouverneur de la Beac, en marge de la célébration des cinquante ans d’existence de l’institution financière sous-régionale.

« La Banque des Etats de l’Afrique Centrale célèbre, au cours de ce mois de novembre 2022, le cinquantième anniversaire de sa création sous le thème « Beac, cinquante ans au service de l’intégration des peuples de la Cemac ». Ainsi, durant une semaine, le personnel de la Banque Centrale fêtera cet événement majeur, résultat du long chemin par couru depuis 1972, lequel a été marqué par de grandes réformes engagées par l’Institut d’Emission, et qui ont contribué à renforcer durablement la résilience des économies de la Cemac face aux nombreux chocs extérieurs.

Au cours des cinquante années qui viennent de s’écouler, la Beac a assumé, avec un succès certain, le rôle d’Institut d’Emission des six Etats membres de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (Umac), à savoir le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la Ré publique Gabonaise, la Guinée Equatoriale et le Tchad. Elle a eu à faire face à bon nombre de défis pour garantir non seulement la stabilité de la monnaie qu’elle émet, mais aussi assurer son rôle moteur dans le renforcement de l’intégration régionale en Afrique Centrale. Aujourd’hui, en dépit des récentes crises liées à la pandémie de Covid-19 et aux répercussions de la guerre en Ukraine, notamment l’inflation, la Beac continue de faire preuve de résilience et d’une grande capacité d’adaptation et répondre aux besoins des économies de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac).

Elle s’emploie ainsi à relever les défis actuels et futurs ; défis inhérents à une transmission plus efficace des impulsions de sa politique monétaire, à la modernisation des systèmes et moyens de paiement à l’ère de la digitalisation, à l’implémentation complète de la réglementation des changes et une gestion optimale des réserves extérieures, à la promotion de l’inclusion bancaire, au renforcement de la supervision bancaire et de la surveillance macroprudentielle, et enfin à la mise à disposition des signes monétaires plus sécurisés et sans cesse améliorés.

Les festivités du cinquantième anniversaire seront l’occasion pour les jeunes générations de découvrir les faits marquants de l’histoire de la Beac depuis le transfert du siège de la Banque Centrale de Paris à Yaoundé le 1er janvier 1977, l’adhésion de la Guinée Equatoriale le

1er janvier 1985, en passant par la mise en œuvre de l’important train de réformes monétaires, bancaires et fi nancières en vue de moderniser l’environnement, la stratégie et les instruments de la politique monétaire ainsi que l’émission des signes monétaires.

Au plan stratégique, le 50e anniversaire sera l’occasion de faire le point sur la « Résilience des économies de la Cemac à l’aune des réformes monétaires et financières », en vue de capitaliser les réformes mises en œuvre depuis 2017, afin de hisser la Sous-région au rang de zone d’économie émergente et permettre à la Banque Centrale de consolider son ancrage sur les meilleurs standards inter nationaux en matière de gouvernance, de transparence, de conduite de la politique monétaire, et de consolidation de la stabilité financière. De fait, les festivités du cinquantenaire à N’Djamena se dérouleront sur quatre jours et com prendront l’organisation d’une exposition sur les 50 ans d’histoire de la monnaie en Afrique Centrale, des activités culturelles et sportives ainsi qu’un Symposium international de haut niveau.

Les défis qui nous interpellent au jourd’hui sont multiples et il nous re vient à tous de les relever. Nous devons à cet égard revisiter notre parcours aussi souvent que nécessaire en vue d’y puiser les éclairages et enseignements dont elle regorge. J’émets par conséquent le vœu que le voyage entrepris dans la lecture de cet ouvrage sur l’histoire de la Beac de ces 50 dernières années soit pour tous un plaisir, une opportunité d’apprentissage et une source d’inspiration pour accompagner l’Afrique Centrale et ses populations dans un monde de plus en plus complexe et compétitif ».

Source : 50ansbeac.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.