Akere veut casser la peine de prison à lui infligée

Il ne s’était pas exprimé sur le sujet depuis l’annonce de la décision du Tribunal de première instance de Yaoundé, Centre administratif. Au détour d’un communiqué relatif à sa démission de la présidence du Groupe de contrôle de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf), Akere Muna a annoncé avoir fait appel de la décision le condamnant à trois ans de prison, avec sursis sur cinq ans et une amende d’un million à payer à sa sœur cadette Ama Tutu Muna. Par ce recours, l’accusé dans cette affaire de faux et usage de faux, dans le cadre du règlement de la succession de feu Salomon Tandeng Muna, bénéficie à nouveau de la présomption d’innocence. Le temps pour la Cour d’appel de rendre son verdict.

Après huit mois de procès, aux procédures contestées par la défense, le tribunal a jugé Me Akere Muna coupable des faits qui lui sont reprochés. L’accusé, candidat à l’élection présidentielle du 7 octobre dernier ayant régulièrement été absent au tribunal pour les besoins de la cause, mais ses demandes de renvoi ne retenant pas toujours l’attention du tribunal. Entre temps, le tribunal de première instance de Douala-Bonandjo s’est désisté sur la décision rendue en 2002 sur ce cas, réglant la succession de l’ancien premier ministre du Cameroun, sur la base des pièces requise dont le procès-verbal du Conseil de famille. Document de base qui porte pourtant la signature d’Ama Tutu Muna, mais que cette dernière méconnaît.

A lire sur le même sujet

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here