Semil : Fridolin Nké ne s’est pas présenté chez Emile Bamkoui

Le philosophe conteste la procédure de convocation.

0
427

De sources concordantes, Fridolin Nké n’a pas déferré à la convocation du colonel Emile Bamkoui ce 21 juillet 2021. Ce malgré les conseils et autres pressions à lui adressées depuis une semaine que la « guerre », a éclaté entre le philosophe et le commandant de la Sécurité militaire (SEMIL). L’homme qui n’a cessé de dénoncer les pratiques du patron de la SEMIL, ne s’est finalement pas présenté au quartier du Lac où son « adversaire » l’attendait.

- Publicité -

Dans une sortie en live sur facebook hier, le Dr Fridolin Nké avait déjà prévenu qu’il n’avait pas l’intention de se soumettre à la justice personnalisée. « je suis bien disposé à répondre à une convocation d’Emile Bamkoui, mais au moins, qu’il me serve la convocation par les canaux prescrits par la loi», a-t-il déclaré. Condamnant ainsi les méthodes choisies par le patron de la Semil pour l’e convoquer : «ce monsieur a fini de me proférer des menaces, pour me convoquer lui-même à la Semil. C’est être juge et partie. Il n’avait qu’à saisir la gendarmerie et nous nous y trouverions tous ensemble », propose-t-il. Mieux, « qu’il me serve une convocation par voie d’huissier, s’il tient à me convoquer lui-même», poursuit-il. « Le colonel Bamkoui ne sait peut-être pas que j’ai des problèmes à l’université. Il n’avait pas à envoyer des militaires déposer une convocation aux responsables de l’université», souligne-t-il. Avant d’insister sur sa casquette de philosophe. «Un philosophe n’a pas peur ; moi je n’ai pas peur… », a-t-il assuré. Déclarant avoir découvert sa convocation sur les réseaux sociaux, avant d’apprendre qu’elle a été déposée auprès des responsables de l’université de Yaoundé I.

A l’origine de cette crise, des sorties de Dr Fridolin Nké sur les réseaux sociaux, invitant les Forces de défense et de sécurité (FDS) à « désobéir aux ordres illégaux de leurs supérieurs ». L’homme estime que beaucoup de bavures des FDS sur le front sont le fait de leurs supérieurs qui outrepassent les droits de l’homme. Mais s’appuie principalement sur le cas de l’activiste politique Sébastien Ebala qui a été torturé à la SEMIL avant d’être écroué à la prison de Kondengui. Le colonel Bamkoui l’accusent d’« incitation à la mutinerie au sein des forces de défense et de sécurité ».

Sur le même sujet
Fridolin Nké convoqué à la SEMIL

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here