Nord-ouest et Sud-ouest: Bapooh Lipot pour l’état d’urgence

Le secrétaire général de l'UPC juge la situation grave avec l'escalade des attaques récurrentes.

0
80

Robert Bapooh Lipot est formel: « l’UPC appelle le gouvernement à évaluer la mise en état d’urgence des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest afin que la force légale et légitime de l’État soit totalement mise en mouvement pour l’intérêt supérieur du Cameroun ». Le secrétaire général de la faction de l’Union des populations du Cameroun (UPC) reconnue par l’Administration territoriale s’appuie sur les derniers événements macabres survenues dans le cadre de la crise qui sévit dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest (NOSO). Avec de plus en plus d’attaques de grande ampleur contre les populations et les services publics, comme ça a été le cas à Ballin dans la Manyu le 25 juin 2022. Pire l’extension de la crise dans la région environnante de l’Ouest comme à Babadjou ce 28 juin avec une incursion dans la résidence du Sous-préfet et à la gendarmerie. Bapooh Lipot qui avait déjà invité le président de la République à  »engager la guerre totale » dans cette partie du pays pour mettre un terme à la persistance de la crise, croit avoir vu juste, au regard de l’escalade des actes multiples ».

- Publicité -


Cela survient dans un contexte où les Renseignements généraux font état de ce que le leadership de l’État virtuel d’Ambazonie envisagent un nouvel épisode dans cette crise qui se mue en guerre. A en croire un message porté du Délégué général à la sûreté nationale (DGSN) du 22 juin dernier, Iyah Njomia la présidente de cet Etat fantôme entreprend de lancer ses troupes dans des opérations visant à venger tous les Anglophones morts du fait des Forces de défense et de sécurité ; mais aussi de lancer des attaques contre les localités voisines du NOSO, ainsi qu’à œuvrer pour une haine entre Francophones et Anglophones. Du coup, l’UPC que dirige l’honorable Robert Bapooh Lipot pense qu’il est temps pour le mandataire du pouvoir du peuple de mettre en place l’état d’urgence dans le NOSO dans les régions où principalement concernées par cette  »guerre », afin de neutraliser définitivement ce mouvement qui met en déroute l’unité nationale. Dans cet élan, le leader politique  »invite les populations du Nord-ouest et du Sud-ouest à ne pas céder à la terreur, à redoubler de vigilance et à apporter leur soutien au gouvernement, aux forces de défense et de sécurité afin de vaincre définitivement les terroristes sécessionnistes ». De même, le  »successeur d’Augustin Frédéric Kodock  » à la tête de l’UPC  »appelle à l’union sacrée de la classe politique camerounaise derrière le chef de l’État et les Forces armées camerounaises ».

Si la classe politique dans l’ensemble condamne cette  »guerre », les partis n’ont pas le même regard sur la solution à y apporter. Paul Biya, lui, a déjà essayé toutes les options, avec des appréciations divergentes au sein de la classe politique. Le Chef suprême des Armées va-t-il écouter Bapooh Lipot ?

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here