Marché : Vers la hausse des prix des hydrocarbures (?)

Le président de la République a évoqué le sujet dans son adresse à la nation ce 31 décembre 2022.

Si Paul Biya n’a rien annoncé en terme du relèvement du pouvoir d’achat des Camerounais dans son discours de fin d’année, l’homme a pour autant envisagé de durcir davantage le train de vie de ses concitoyens. Notamment dans le secteur névralgique des hydrocarbures. « Il est de plus en plus évident que notre pays, comme bien d’autres en Afrique et ailleurs, ne pourra pas indéfiniment échapper à un réajustement des prix des produits pétroliers, si nous voulons préserver nos équilibres budgétaires et poursuivre sereinement la mise en œuvre de notre politique de développement », at-il déclaré. Laissant place à diverses interprétations. Pour les sceptiques, le terme « réajustement » est une tournure euphémique utilisée par l’homme qui porte le destin du peuple camerounais, pour annoncer une hausse inévitable des prix des produits pétroliers. Certains pensent même que Paul Biya annonce ainsi une suppression pure et simple des subventions des produits pétroliers, à défaut d’une baisse desdites subventions. Ce qui devrait ainsi induire la hausse des prix. 

- Publicité -

Pour 2022, le président de la République parle de 700 milliards de francs de subventions de carburant et 75 milliards de Francs CFA pour le gaz domestique, supportés par l’Etat pour éviter que les prix grimpent. Le pays continuant à dépendre de l’importations de produits pétroliers raffinés et/ou à raffiner.  Le handicap subi par la Société nationale de raffinage (SONARA) du fait de l’incendie, ayant retardé la modernisation de l’ouvrage tel que prévue, afin de pouvoir la doter de capacités à pouvoir raffiner le pétrole camerounais dont la lourdeur disqualifie la SONARA à pouvoir le raffiner.  

Certes le président de la République a indiqué que, « au regard de l’intensité des chocs exogènes et de leur impact sur notre économie, j’ai instruit le Gouvernement d’étudier toutes les options permettant de stabiliser les prix à leur niveau actuel, et de préserver le pouvoir d’achat des consommateurs » ; mais l’un des facteurs principaux de la crise dans le secteur pétrolier en 2022 est loin de s’éloigner : la guerre russo-ukrainienne. En ouvrant son discours à la Nation le 31 décembre, Paul Biya a relevé l’impact de cette guerre sur l’économie mondiale en général et celle du Cameroun en particulier.

La subvention des prix des hydrocarbures est un vieux débat qui revient régulièrement en début d’exercice budgétaire, que le gouvernement gère souvent en sapeur-pompier. Cette question avait déjà provoqué les émeutes de la faim en 2008. Paul Biya y accorde généralement un intérêt particulier. D’où la stagnation de l’enveloppe de la subvention. Préférant déplacer la pression dans d’autres secteurs comme le fiscal. Avec la conviction que cela aura peu d’impact direct sur l’ensemble des citoyens.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.