Lions indomptables : Samuel Eto’o a-t-il perdu le duel contre Le Coq sportif ?

Très volubile sur le dossier au départ, la Fecafoot est désormais aphone, alors que le délai de désignation du remplaçant du Français est dépassé.

0
308

Sur la photo qui sanctionne sa rencontre avec l’arbitre secouriste Michaël Ngangoum, le logo de Le Coq sportif apparaît clairement. Deux jours après le délai fixé par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), pour que la commission ad hoc choisie pour étudier les dossiers de soumission livre au Comité exécutif les trois meilleures offres. Soit le 30 juillet 2022. Difficile de croire au hasard ou à une méprise de la part du président de la Fecafoot qui sait communiquer, et surtout passer son message. Pour un dirigeant qui avait déjà clairement tourné la page de l’équipementier français au point de lancer un appel à candidature, les deux hypothèses ci-haut citées sont peu plausibles. Lui qui a fermé la porte à toute éventualité d’accorder une chance au successeur de Puma.

- Publicité -

La visite d’Emmanuel Macron au Cameroun a certainement joué un rôle dans ce qui s’apparente à un volte-face de la part du nouveau président de la Fecafoot. C’est que, des sources indiquaient que le dossier allait être au menu de la visite du président français. Yannick Noah, égérie de la marque dont il est aujourd’hui l’un des dirigeants, ayant saisi le sommet de l’Etat camerounais pour se plaindre du tacle irrégulier de Samuel Eto’o. Et même si les deux présidents ne l’ont pas as évoqué en officiel, il reste que le déplacement de Macron au village Noah était un indicateur de la place que le président français qui arrivait au Cameroun pour la première fois depuis près de cinq ans qu’il est à l’Elysée. Le premier français à remporter le tournoi Roland Garros, devenu chef traditionnel dans son pays d’origine, a été pendant longtemps la personnalité préférée des Français. Un argument de poids pour l’homme qui a joué sa partition pour que Le Coq sportif puisse  »sauver » le football camerounais de la situation qu’il traversait. Englué dans d’interminables crises, le football au pays des Lions indomptables avait perdu de sa superbe, et l’équipementier allemand Puma avait simplement coupe la poire en deux. D’autres majors sollicités avaient décliné l’offre.

Cette image pourrait livrer un message

C’est dire si Le Coq sportif était un sauveur pour la Fecafoot qui, une fois une certaine stabilité retrouvée, a craché dans la main qui l’a nourrie. La résiliation du contrat annoncée, le partenaire français a tenté en vain de ramener Samuel Eto’o. L’homme a plutôt lancé un appel d’offre en vue du remplacement de l’équipementier qu’il appelait désormais  »habilleur », avec un délai du 19 juillet donné aux soumissionnaires pour faire parvenir leurs offres. A charge pour la commission ad hoc désignée pour les besoins de la cause, d’étudier les offres dès le 25 juillet et de transmettre au Comité exécutif de la Fecafoot trois offres que cette instance devrait étudier pour retenir la meilleure. Les choses semblent ne s’être pas déroulées comme le voulait le révolutionnaire patron de la Fecafoot. En tout cas,la Fecafoot qui s’était lancée dans une campagne de communication sur la question, a perdu sa langue. Au moment où les différents pays qualifiés pour la Coupe du monde Qatar 2022, transmettent déjà à la FIFA leurs choix pour la fête du football mondial. Déjà, Le Coq sportif avait indiqué avoir engagé déjà des initiatives dans ce sens.

Sur le même sujet

Abus: Le Coq sportif veut traîner la Fecafoot en justice

Rupture: Eto’o enterré le contrat de Le Coq sportif

Réaction : Le Coq sportif contrarié Eto’o

Lions indomptables : Eto’o met fin au contrat de Le Coq sportif

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here