Vous venez de porter sur les fonds baptismaux une fondation portant votre nom et principalement orientée vers le sport. Pouvez-vous nous en dire plus ?

- Publicité -

D’emblée, je souhaite vous remercier de l’intérêt que vous portez à la Fondation Jean Claude Ekoube, en plein exercice de ses capacités tant conceptuelles qu’opérationnelles depuis le 11 février 2022. La Fondation Jean Claude Ekoube est née à cette date historique, car coïncidant avec la célébration de la Fête nationale de la jeunesse (du Cameroun, Ndlr). Elle est issue d’une idée visant principalement la promotion du football dans les catégories jeunes. Je dois dire à ce propos que je suis par ailleurs le Président général de National FC, une association 2-0 qui est étendue actuellement dans les villes de Yaoundé, Douala, Limbé, Mouanko, Edea, Limbé et Soa. Les tractations sont en cours pour la création d’antennes à Bertoua, Bafoussam, Ngambe et Ndonga. Tous les samedis, nous sommes souvent accompagnés de nos enfants pour une partie de football. Plus le temps passait, plus on enregistrait de nouvelles venues, de jeunes au sein de National FC. Alors, on s’est dit pourquoi pas créer une académie de football. De fil à aiguille, j’ai mis en place une commission technique pour l’élaboration des textes de base (statuts et règlement intérieur). Une fois ce travail achevé, j’ai convoqué une assemblée générale constitutive pour le 11 février 2022, à l’effet de donner un contenu officiel à l’activité de formation des jeunes au Football. Un dossier a été constitué en bonne et due forme, puis transmis aux autorités administratives compétentes qui nous ont délivré un récépissé de déclaration de la Fondation Jean Claude Ekoube. Depuis lors, nous poursuivons l’œuvre de construction de cette initiative inclusive au sein du comité directeur, du bureau exécutif et des commissions spécialisées.

A ce jour, National FC academia compte 60 pensionnaires qui sont regroupés dans les différentes catégories jeunes. En dehors de National FC academia, nous avons aussi en gestation National HB Academia pour le handball à Edéa et National nautic sports academia à Mouanko. Je rappelle que National FC a remporté la course des pirogues lors du festival 2022 de Mouanko, dans la Sanaga-Maritime. Le siège de la Fondation est basé à Yaoundé. Sa devise est : « Discipline-Performance-Solidarité ».

Quels sont les objectifs à long terme et à court terme de la Fondation Jean Claude Ekoube ?

La Fondation Jean Claude Ekoube est unique en ce qu’elle a divers objectifs à atteindre. Son objectif principal est, comme je l’ai dit tantôt, l’initiation, la formation et le développement de la pratique des sports, régis par les diverses fédérations sportives agréées au Cameroun. En outre, la Fondation Jean Claude Ekoube participe pleinement à la vie des collectivités territoriales décentralisées, à travers la promotion de la solidarité, l’assistance aux couches sociales vulnérables et le développement local. Elle contribue par ailleurs à la formation des hommes et femmes, à leur participation à la pratique éducative et socio-professionnelle, voire à leur insertion sociale et professionnelle.

Une telle fondation demande d’importants moyens financiers. Comment comptez-vous la faire vivre dans le milieu sportif ?

Pour l’instant, la Fondation Jean Claude Ekoube est active avec les fonds propres. Ceux-ci comprennent les frais d’inscriptions et les cotisations annuelles des membres, ainsi que les inscriptions et cotisations annuelles des pensionnaires de nos académies. Évidemment, ce projet a des ambitions qui nécessitent forcément plus de moyens financiers. Nous pensons ouvrir les vannes du sponsoring, du mécénat et du partenariat pour atteindre nos nobles objectifs. C’est un appel aux fonds extérieurs qui est ainsi lancé à destination de tous ceux qui promeuvent nos idéaux. C’est un appel lancé également à destination des centres de formation les plus capés dans le monde et les équipes professionnelles des championnats étrangers.

Quand espérez-vous pouvoir faire vos premiers pas sur les terrains des grandes compétitions nationales ?

Nous sommes encore une jeune académie de football. L’initiation et la formation sont les deux piliers de notre action pour le moment. Dans quelques années, nous avons l’intention de bâtir une équipe professionnelle masculine et une équipe professionnelle féminine, pour les championnats nationaux. Un jour, pourquoi pas, National FC fera ses pas dans la cour des grands clubs du Cameroun, de l’Afrique et du monde. Telle est notre ambition. Tel est notre vœu. Tel est notre rêve. Telle sera la réalité.

Les changements survenus à la tête de la Fecafoot annoncent de lendemains meilleurs pour le football camerounais. Quels espoirs portez-vous sur l’arrivée de Samuel Eto’o fils à la Fecafoot ?

Je suis heureux de l’arrivée de Samuel Eto’o Fils à la tête de la Fécafoot. Le projet qu’il a présenté au public et les réalisations actuelles témoignent non seulement d’une logique de réforme profonde du football camerounais, mais aussi des espérances pour des lendemains meilleurs. J’en profite pour réitérer mes vives félicitations à Samuel Eto’o Fils, en même temps que je formule le souhait de voir une totale éclosion du football camerounais sous ses auspices. Il a des capacités extraordinaires, des atouts indéniables, et saura les capitaliser, j’en suis persuadé, pour porter très haut le football camerounais. Nous allons travailler de concert à cette fin. La Fondation Jean Claude Ekoube est prête à offrir sa contribution et le fera inconditionnellement, car nous croyons profondément en Samuel Eto’o Fils. Il est déterminant que nous fassions bouger les choses dans le bon sens. Avec lui, nous ferons d’autres Samuel Eto’o Fils. Avec lui, nous construirons un idéal pour le football camerounais depuis la base, avec les catégories Minimes, Cadets, Juniors et Seniors. Il est engagé, nous aussi. Dans cette veine, je pense à suggérer l’organisation d’une compétition des académies de football, afin de détecter les talents et construire des équipes nationales compétitives à tous les niveaux et sur la longue durée.

Vous insistez beaucoup sur la jeunesse. Pourquoi ?

J’ai confiance en la jeunesse et je bâtis toute mon énergie pour la promotion de la jeunesse camerounaise, à travers la promotion des sports, des activités de développement socioéconomiques, de la solidarité nationale et de l’intégration socio-professionnelle. Petit à petit, nous ferons nos pas, afin de faire des bonds dans un proche avenir. Ensemble, nous pouvons tirer nos talents vers les sommets. Ensemble, nous devons faire avancer le Cameroun, sous la houlette éclairée du Président Paul Biya. Ensemble, nous ferons de nos opportunités des réalités.

On se tromperait alors en vous prêtant des ambitions politiques ?

Ma seule ambition est de faire de mes objectifs une réalité effective. Politiquement, je suis membre de la Section RDPC Sanaga-Maritime Sud-Est et vice-président de la Sous-section RDPC Delta 2 à Mouanko, mon village natal, situé dans le département de la Sanaga-Maritime. Traditionnellement, je suis grand notable dans les chefferies traditionnelles des deux cantons Yakalag et Malimba à Mouanko. Administrativement, je suis chef de la Cellule de l’information et de la communication à la Direction générale des Douanes. Si le destin s’écrit autrement, je m’adapterai pour relever de nouveaux challenges. Mon ambition est de vivre avec des ambitions.

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here