« Je ne vois pas de produit financier qui puisse réaliser les promesses de gains faites par lyeplimal »

0
318
Journaliste

Spécialisé en question de finance, il analyse le modèle d’investissement de Liyeplimal à la lumière du marché mondial et se prononce sur le sort de ce produit financier.

- Publicité -

Les investisseurs de Liyeplimal, l’un des premiers produits financiers de crypto-monnaie au Cameroun, ne parviennent plus à entrer en possession de leurs gains. Qu’est ce qui d’après vous justifie cette situation ? Est-ce le signe de la fin ?

Ce que nous avons observé, ce n’est pas que Liyeplimal est en déclin, mais que sa Limocoin, un produit phare que cette société commercialise, a chuté à un niveau inférieur à celui auquel il a été vendu à ses investisseurs en quelques jours seulement. Il semble aussi que c’était la principale opération pour laquelle l’entreprise travaillait. Jusqu’en fin décembre 2021, de ce que j’ai pu suivre, elle mutualisait les fonds de ses clients pour les investir, avant de créer ses propres jetons d’actifs financiers numériques.

Pourquoi la valeur des Limocoin a baissé ?

En général, c’est un principe sur les marchés que la valeur des actifs soit volatile. Mais sur un marché où il y a peu d’éducation financière, les risques de volatilité sont encore plus grands. La chronologie des événements est la suivante. La Limocoin Swap arrive sur les plateformes de trading (négociations) avec une valeur de 3 Euros. Deux jours plus tard, elle est à 6 Euros, c’est-à-dire 100% de gains. Mais après quelques jours elle chute. Sur un marché, cela signifie que des ordres massifs de vente ont été donnés. Je soupçonne que les investisseurs camerounais, pas habitués aux investissements, se sont dit « Un tien vaut mieux que 2 tu auras », et ont voulu réaliser leurs investissements et profit généré. Mais aucune institution financière ne peut répondre à une sollicitation de masse, surtout que dans une valeur boursière, la plus-value n’est que potentielle. Elle n’est pas réelle, sauf si vous trouvez un autre investisseur prêt à acheter plus cher votre actif. Est-ce la fin ? Je dirais que beaucoup de faillites dans les milieux financiers sont parties de ce type de crash. Et dans le cas de Lyeplimal, je pense que ses actifs numériques étaient adossés sur des investissements à rendement sur le long terme et du coup, tant qu’il y aura pression pour des remboursements il sera en difficultés.

En dehors de la chute des valeurs du bitcoin, est ce qu’il y aurait d’autres raisons surtout que cette activité semble inclure le marketing de réseau en plus du trading ?

Je crois aussi qu’en plus de la baisse de valeur des monnaies digitales décentralisées, ce que vous appelez Bitcoins, il y a aussi la mauvaise publicité des interdictions de la part des administrations. Et même une approche marketing qui n’a pas tenu compte de compte de la réalité des investisseurs qu’ils parvenaient à convaincre. Ces derniers ont pris cela comme un jeu de pari. Je mise et le lendemain dès qu’il y a un petit gain, je le réalise. Mais personne ne leur a dit que le trading n’est pas structuré comme un pari, et que la plus-value potentielle n’est pas la preuve que votre argent a été stocké quelque part et a augmenté de volume. C’est juste une valeur que le marché donne et cela peut survenir, même si les transactions ont porté sur 10% seulement des titres. Il y a aussi eu la naïveté des investisseurs qui n’ont pas compris qu’il fallait bien lire la note d’information. Je suis convaincu que des informations ont été données lors du lancement de l’introduction sur les plateformes de trading mais peu de gens ont lu. L’on remarque que les gains générés chez liyeplimal vont parfois au-delà de 30% de l’investissement.

En tant que journaliste spécialiste des questions de finances, ces gains sont-ils raisonnables, au vu des pratiques sur le marché mondial ?

Tout dépend. Il y a deux phases. La première est celle où les Lymocoin sont vendus hors des circuits de trading. En ce moment je crois savoir que Lyeplimal mutualisait les ressources de ses clients, pour les investir sur des produits financiers synthétiques et digitaux, et partager les gains de plus-value avec ses clients. De ce point de vue, les 30% étaient possibles. En cinq ans, le Bitcoin, l’Etherum, les cryptomonnaies de référence ont bondi de plus de 15000%. Donc 30% par mois, c’était un rendement possible et même largement au-dessous du gain réel des ressources placées. En finance on appelle cela l’effet de levier. Mais lorsqu’il a décidé de créer sa propre cryptomonnaie, il aurait fallu que la mise de départ soit adossée sur des actifs liquides et que les délais de paiements soient expliqués aux investisseurs pour éviter les rushs. Le fait qu’il dise que tout deviendra normal, est la preuve que dans le modèle actuel il y a eu dysfonctionnement.

Changer de modèle d’investissement serait-t-elle la solution ? Et quel sort pour les investisseurs en cas d’échec ?

Oui absolument, il devra se positionner comme un court termiste et rechercher les plus-values les plus rapidement accessibles. Pour cela, il faut qu’il ait toujours de l’argent et soit capable de les investir sur des marchés où le rapatriement des gains est facile. Mais en finance, on ne place pas de la ressource courte sur des emplois longs. Une personne qui souhaite épargner pour un an, vous ne pouvez pas utiliser son argent pour construire une maison qui va être rentable dans 10 ans, vous aurez un crash. En l’état actuel ou le covid se stabilise, je ne vois pas de produits financiers qui puisse réaliser les promesses de gains faites par l’entreprise Lyeplimal. Les souscripteurs peuvent saisir la justice civile ou pénale pour pratique dolosive ou escroquerie, et forcer un arrangement à l’amiable puisqu’il s’agit d’un accord entre les parties.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here