Drame d’Olembe : Mouelle Kombi accuse spectateurs et policiers

Plutôt que les conclusions de l'enquête demandée par la CAF, le président du COCAN a servi un rapport qui revient sur les circonstances du drame et pointe des fautifs.

0
130

Dans le rapport qu’il a transmis à la Confédération africaine de football (CAF) sur le drame d’Olembe, Narcisse Mouelle Kombi, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep), dans sa posture de président du Comité local d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Cocan) écrit que « les premiers éléments d’information disponibles indiquent que cet incident mortel a été provoqué par un afflux massif et tardif des spectateurs au stade. En effet, alors même que les portes d’accès étaient ouvertes dès 15h, plusieurs spectateurs se sont déportés au stade vers 18 heures, en dépit de la mesure exceptionnelle prise par le gouvernement, à savoir la fermeture des écoles et des services publics dès 14 heures, pour permettre au plus grand nombre de prendre part aux matchs de la CAN 2021 ».

- Publicité -

L’homme a écrit que, « il convient de signaler que d’autres entrées réservées au public étaient opérationnelles, notamment aux côtés ‘’Est’’ et ‘’Nord’’ du stade ». Ce qui ne cadre pas toujours avec d’autres témoignages recueillies auprès de nombre de spectateurs qui déclarent que la seule entrée opérationnelle ce jour-là est l’entrée Sud. Toujours est-il qu’à l’arrivée des reporters au stade aux environs de 16h, les spectateurs étaient orientés vers cette entrée. Narcisse Mouelle Kombi explique que « le déferlement du public à l’entrée ‘’Sud’’ du stade d’Olembe, peu de temps seulement avant le début du match Cameroun-Comores, a provoqué une congestion à cette entrée très sollicitée, vraisemblablement parce qu’elle débouche sur la voie principale menant au stade ». Un déferlement consécutif, rapporte-t-il, à l’ambiance d’avant-match : « à l’écoute des hymnes nationaux précédant le début du match ». Ce qui a provoqué « une ruée vers les grilles de sécurité du stade». Avec à la clé huit morts et 38 blessés.

Paul Biya prescrit une enquête et envisage des poursuites judiciaires

Aussi, le patron local du Cocan a pris soin de répondre à la question du président de la CAF, au sujet de l’identité de celui qui a fermé les portes du stade : « Plusieurs témoignages indiquent que cette entrée (Sud) a été momentanément fermée par les Forces de maintien de l’ordre, afin de discipliner les spectateurs de plus en plus nombreux et se bousculant devant le portail d’accès ». Avant d’enfoncer que « face à la pression exercée sur ces grilles et débordées par cette marée humaine, les éléments de sécurité en faction ont procédé de manière imprudente, à l’ouverture de l’entrée ‘’Sud ‘’ du stade, occasionnant ainsi une bousculade…» Non sans souligner que « le nombre d’agents de sécurité en poste était insuffisant et que la coordination entre les forces de sécurité présentes aurait pu être améliorée».

En outre, Narcisse Mouelle Kombi regrette les bouchons qui ont empêché le président de la CAF lui-même d’arriver au stade à temps. Pour le membre du gouvernement camerounais, les multiples voies de contournement construites pour désengorger le quartier Olembe ne sont pas assez exploitées, peut-être en raison d’un déficit d’informations. Mais le ministre camerounais des sports essaie de rappeler le contexte dans lequel se tient cette CAN, pour justifier l’attitude de ses compatriotes. A savoir que la CAN 2021 est un événement « inédit », tant il se tient 50 ans après la première expérience du pays. Et dans un contexte de crise du football camerounais, qui se joue davantage dans des prétoires et bureaux, privant un peuple amoureux du football, du spectacle. Du coup, cette occasion qui voient une constellation de stars du football au Cameroun est une aubaine pour le peuple camerounais.

Alors que Patrice Motsepe, le président de la CAF avait prescrit une enquête dont les conclusions devraient lui être remises vendredi 28 janvier, le président du Cocan lui a servi un rapport d’étape, en indiquant que le président de la République a prescrit « une enquête qui devrait avoir des suites judiciaires et une évaluation des conditions de sécurité et d’accès au stade d’Olembe».

Pour mieux comprendre le sujet

La CAF suspend le stade d’Olembe

Cameroun-Comores : des morts dans une bousculade

Drame d’Olembe : Noms et visages des morts

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here