Can 2021. Les investissements d’Eneo

0
84

Remplacement des poteaux bois, renforcement des postes, réhabilitation des lignes souterraines… l’entreprise fait un état des dispositions prises sur son réseau pour alimenter les populations pendant la compétition.

- Publicité -

Eneo se veut assez rassurant quant à la qualité de son réseau  pendant la Coupe d’Afrique des Nations de Football que le Cameroun accueille bientôt. L’entreprise qui s’occupe de la distribution de l’énergie électrique parle déjà d’une amélioration de 18% sur le service grâce aux travaux engagés depuis l’année dernière et renforcés cette année avec la levée de 100 milliards de francs CFA auprès des banques locales.

Il faut dire que le programme d’Eneo dans la perspective de la CAN ne concerne pas uniquement les infrastructures sportives. Il prend également en compte les hôpitaux, les hôtels et de manière générale la fourniture des villes d’accueil.  « Les travaux doivent permettre aux populations d’être presque à l’aise chez elles pendant la compétition pendant que les matches se jouent.  parce que tout le monde n’ira pas au stade et la fête ne se fera pas seulement dans les stades mais partout dans la ville », dit Jean Marie Zapfack, expert réseau et distribution chez Eneo.

Sur les divers travaux réalisés dans le volet distribution à l’échelle du pays, le premier point, c’est le remplacement des poteaux bois par des poteaux bétons. L’entreprise parle globalement de 83 000 poteaux remplacés sur un objectif de  90 000 cette fin d’année. Sur les 83 000, plus de 12 000 ont été réalisés dans la ville de Douala et ses environs. « Le deuxième point c’est la connectique. Autant les poteaux étaient vétustes, les conducteurs aussi  l’étaient.  On a renouvelé la connectique basse et moyenne  tension  et nous avons pu réduire de 30%  le nombre d’interruptions à Douala et Yaoundé. Cette connectique  va  aussi résoudre le problème de la mauvaise tension dans les quartiers.  Le troisième point,  c’est l’extension MT BT c’est-à-dire augmenter le réseau. Les zones périphériques de Douala par exemple sont grandes et les réseaux étaient déjà très loin de populations, nous avons donc  procédé à des extensions pour rapprocher nos clients d’Eneo et en ce moment nous avons  réalisé près de 60 projets  d’extension BT MT dans la ville de Douala », fait savoir  Jean Marie Zapfack. 

S’agissant des stades , le cadre d’Eneo fait savoir que selon les recommandations de la CAF, les stades sont alimentés par des groupes électrogènes disposés par les organisateurs de l’événement. « Mais il se peut que pendant le match, il y ait problème comme ce fut le cas pendant le Chan au stade de bepanda Eneo doit reprendre le service. Des équipes de garde sont mobilisées pour que nous ayons maximum 3 à 4 minutes pour reprendre en cas  de défaillance du groupe électrogène », indique Jean Marie Zapffack.

Les travaux liés aux stades concernent également les alentours notamment surtout l’éclairage public. Un autre projet en cours à Douala et Yaoundé porte sur la réhabilitation des lignes souterraines. Il consiste à renouveler les câbles qui y sont  en vue de la reprise de service  en cas de défaut   sur les lignes principales. Les chiffres font état de 32 km exécutés et 250 km de nouvelles lignes créées pour améliorer l’accès à l’électricité à 1000 personnes. Tous investissements  qui ont eu lieu en 2020 et 2021  auraient coûté pas moins de 60 milliards de FCFA à l’entreprise , en comptant qu’elle investit en moyenne 30 milliards de francs CFA par an depuis 2015.  Ils se situent dans le cadre d’un plan d’investissement  de 500 milliards qui va jusqu’en 2031.  Après les 100 milliards mobilisés localement en début 2021, la structure est actuellement à la recherche de 200 milliards de francs CFA auprès de la banque mondiale pour le  financement de ce plan.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here