Algérie-Cameroun : le verdict de la FIFA ce 21 avril

0
559

A quelques heures du verdict de la FIFA sur le recours introduit le 31 mars dernier par l’Algérie au sujet de son match contre le Cameroun, la Fédération algérienne de football (FAF) a indiqué dans un communiqué publié le 18 avril que «le dossier de réclamation introduit s’appuie sur un argumentaire et des considérations techniques liées à l’arbitrage qui nécessitent un examen de la part d’une structure spécialisée ». En relai, la presse algérienne parle « d’enregistrements » qui pourraient conforter les soupçons de la FAF. Plus volubile, Maher Genena, un confrère égyptien, rentre en profondeur : « Il y a de nouvelles preuves, des enregistrements du VAR sont apparues en faveur du football algérien. Ces enregistrements auront leur importance dans les jours à venir », souligne-t-il sur la chaîne sportive égyptienne OnTime Sports.

- Publicité -

Mais c’est davantage un nouvel acteur qui pourrait clouer le Cameroun : l’Organisation mondiale de sécurité anti-corruption (OMSAC), un organisme indépendant. Dans un article publié sur son site, et intitulé « Algérie-Cameroun : le match de la honte », l’OMSAC établit qu’il y a eu « sans ambigüité les erreurs d’arbitrage commises». Des erreurs que l’OMSAC met sur le compte de la corruption : « au vu des éléments consignés auprès de nos experts du département Investigations, il ressort avec certitude qu’il y a eu corruption pour aboutir au résultat que l’on connaît ». Sans élucider la nature de ces faits de corruption. L’article signé de Jessica Karel, fait savoir que « le rapport des arbitres allemands ‘’VAR’’ a prouvé ‘’par audio et vidéo que l’arbitre Bakary Gassama a délibérément refusé de répondre à leurs avertissements sur la nécessité de retourner au VAR pour confirmer et statuer sur ses mauvaises décisions arbitrales’’ ». Mais Maher Genena révèle que « la FIFA enquête actuellement sur l’affaire d’un arbitre qui a reçu une somme d’argent par virement sur son compte via une société appartenant à un président d’une fédération dont la sélection est qualifiée au prochain mondial ». La description qu’il fait oriente vers le match Algérie-Cameroun. Jessica Karel fait observer que « [des] parties à l’intérieur et à l’extérieur de l’institution utilisent le dossier de la corruption et des pots-devin, qui a atteint des stades d’enquête avancés, comme une carte de pression pour des objectifs électoraux, ce qui risque de discréditer le président de la FIFA et ternir l’image de l’institution au niveau mondial ». D’où la délicatesse du dossier.

Pressions

A en croire l’OMSAC, « la FIFA est sous une pression terrible et essaie de sortir de cette situation difficile avec le moins de dégâts ». Cela survient dans un contexte pré-électoral à la FIFA. Du coup, l’organisme dit que « des parties au sein de l’institution travaillent à résoudre le problème sur la base d’erreurs d’arbitrage technique, et par conséquent, rendre justice à l’équipe nationale d’Algérie en rejouant le match ». Pour sa part, l’OMSAC estime que « les sanctions devraient aboutir à remettre en cause toutes les faites commises intentionnellement par l’arbitre au vu et au su de tout le monde ». Et que, « une sanction partielle ne saurait rendre justice au football ». Mais a priori, l’OMSAC prévient que « notre organisation mettra avec force tout ce qui pourra aboutir au rétablissement de la vérité du déroulement de cette compétition avant et après ». En menaçant de saisir les tribunaux judiciaires compétents car « juste une sanction de l’arbitre serait porter atteinte à l’équité de l’équipe nationale d’Algérie ».

Le pays des Fennecs refuse d’avaler la pilule de l’élimination du Mondial qatari le 29 mars 2022 sur un stade Mustapha Tchaker de Blida où il n’avait jamais perdu. Le pays de Ryad Mahrez est convaincu que le destin du match a été faussé par le Gambien Bakary Papa Gassama. Les quatre minutes d’arrêt de jeu aux prolongations, qui ont vu l’Algérie égaliser, et le Cameroun reprendre l’avantage dans les dernières secondes sur un but de Toko Ekambi, confortent les Algériens sur le parti-pris du directeur de la partie.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.