Bafoussam 3ème : 200 millions pour les sinistrés, et après ?

L’annonce a été faite par le ministre de l’Administration territoriale.

0
885
Paul Biya toujours annoncé en pompier, mais éloigné du terrain

AU deuxième jour des fouilles, le bilan de l’éboulement de terrain survenu à Gouatchié est passé à 43 décès. Un corps ayant été retrouvé depuis le matin. L’on parle d’une cinquantaine de personnes encore sans nouvelles. de légers mouvements ayant été encore enregistrés au cours des dernières heures de la nuit, suite à de nouvelles pluies. Ce qui complique davantage les recherches déjà compliquées par la vétusté des moyens mis en je, notamment les engins de sociétés engagés dans des travaux routiers dans les environs de Bafoussam, qui se sont joints aux volontaires qui se sont organisés dès l’annonce du drame. Alors que les chances de sauver des vies humaines s’amenuisent (définitivement), Paul Biya a adressé ses condoléances aux sinistrés, via le gouverneur de la région de l’Ouest. Paul Biya ne s’est pas contenté de ce télégramme, au moment où la polémique enfle sur le laxisme du gouvernement face au développement anarchique de l’habitat. Au terme du second passage des membres du gouvernement à Gouatchié, Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), a annoncé ce que le les émissaires du gouvernement ont qualifié de « bonne nouvelle », à savoir que le président de la République a décidé du déblocage d’une somme de 200 millions de francs Cfa en faveur des sinistrés.

Un appui que le gouverneur de l’Ouest Awa Fonka Augustine, se chargera de redistribuer aux rescapés. Un geste qui vient s’ajouter à la gratuité des soins annoncée hier après son premier passage sur le site du sinistre par le Minat, Paul Atanga Nji. Selon des critères définies par Paul Atanga Nji : organisation des obsèques, recasement des familles,…
Le plus difficile demeure l’avenir des résidents de ces bas-fonds. D’autant plus que le maire de l’arrondissement de Bafoussam 3ème a réchauffé son projet de déguerpir les populations installées sur ce site écologiquement instable. Lui qui a en vain essayé il y a quelques mois d’y déloger les populations. Cette fois-ci, Daniel Ndefonkou pourra bénéficier du soutien de l’Etat central. Célestine Ketcha Courtès, la ministre de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), ayant déjà, sous l’effet de l’onde de choc, indiqué son intention de libérer la zone sinistrée.

Mais comment ? Avec quels moyens ? Pour quelle finalité ? Autant de questions qui attendent réponses. Le gouvernement de Yaoundé est habitué à ce genre d’annonces sous l’effet de l’indignation, sans suites. Paul Biya lui-même, est le moins attendu à Bafoussam. Le chef de l’Etat qui n’est pas habitué à assister physiquement ses compatriotes face à de telles situations. Plus important, la menace plane sur plusieurs autres sites à travers le pays, et particulièrement sous le nez du gouvernement, à Yaoundé.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here