Yaoundé : Des morts dans une boîte de nuit

Un incendie consécutif à une explosion serait à l'origine du drame.

0
5543

Les images qui circulent sur les réseaux sociaux sont choquantes. Des corps brûlés à divers degrés jonchent au sol. Des pleurs à n’en plus finir. La scène se passe à Bastos, au Liv’s club, ancien Yaoba, une boîte de nuit. Peu avant 3h du matin.

- Publicité -

L’alerte donnée par le site internet www.camerounweb.com, et confirmée par plusieurs sources, fait état d’un explosion dont l’origine serait un bouchon de champagne. Notre équipe sur le terrain a recueilli plus amples informations sur le drame. Selon un témoin sur la scène, « on a ouvert un champagne, et le bouchon a sauté. Il a crée une masse sur un fil de courant au niveau du plafond. Quand le feu commencent à sortir, les gens applaudissent pensant que ce sont les feux d’artifices », raconte-t-il.

Sur le champ, plusieurs morts dont un haut gradé de l’armée. La première victime, une serveuse qui a tenté d’éteindre le feu. Un certain Henri Ateba a également trouvé la mort. Fils unique à sa mère, il est le fils de l’ancien préfet Isidore Ateba.  On parle aussi du DG et d’un videur qui serait mort. Ce videur aurait même fait venir plusieurs filles pour la soirée, selon le témoignage d’une de ses voisines. On apprend que les forces de maintien de l’ordre sont présentes sur les lieux déjà.

Le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji et son homologue de la communication ont fait le déplacement.

Certains morts ont été amenés à l’hôpital central. D’autres sont encore sur le lieux du drame parqués dans des véhicules à 6h30,  au moment où nous quittions les lieux. Les enquêtes devraient permettre d’effectuer savoir un peu plus. En attendant, Yaoundé pleure 16 morts, conduits directement à la morgue de l’Hôpital militaire d’Ekounou et huit blessés graves internés à l’Hôpital Central.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.