Succès stories : Prakassou Mamaï, de la maintenance audiovisuelle à l’élevage.

Rencontré dans la ville de Garoua le 6 décembre 2022, le jeune Prakassou Mamaï, l’un des nombreux bénéficiaires du Programme d’Appui à la Rénovation et au développement de la Formation Professionnelle dans les secteurs de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (PCP-AFOP) raconte son expérience.

- Publicité -

Je m’appelle Prakassou MamaÏ. Je suis de la cinquième promotion des jeunes formés dans le cadre du Programme d’Appui à la Ré novation et au Développement de la Formation Professionnelle dans les secteurs de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (PCP AFOP), première cuvée de Pitoa. A la base, j’ai une formation en maintenance audiovisuelle. Je faisais des petits métiers dans les quartiers, notamment le dépannage des ordinateurs etc. Puis un jour, j’ai eu connaissance d’une formation donnée dans le cadre du Programme AFOP. Je me suis lancé et depuis, je suis un exploitant agricole, en plus d’être employé dans une structure de télécommunications de la place. Mon projet porte sur l’engraisse ment bovin et dans le cadre de l’agriculture, il porte sur le sorgho de la saison sèche. Mais le cœur de mon projet repose sur l’engraisse bovin, soit quatre têtes par cycle, pour une moyenne de deux cycles par an. Au cours de la formation, tout se passe par le choix des animaux. Nous avons notamment pu effectuer des stages au cours desquels nous avons pu toucher du doigt les réalités de l’élevage. Quand j’ai démarré cette formation, je n’y connaissais rien en élevage. C’est grâce à mes multiples stages que j’ai non seulement vu naître en moi une passion, mais aussi vu le potentiel et les richesses qui peuvent en découler.

Avec le temps et la formation, j’ai compris qu’il fallait que je me lance avec sérieux et détermination. C’est ainsi que le Conseiller d’insertion du programme pas sait de temps en temps me donner des conseils. Entre temps, j’ai obtenu les financements à tra vers le programme PCP-AFOP et j’ai pu lancer mes activités. L’appui du programme représentait un ajout dans notre métier. Au plan financier, j’ai bénéficié d’un appui d’environ 1,3 million de francs CFA. A ce jour, j’ai déjà évacué deux cycles d’élevage et je compte évacuer le troisième d’ici le 15 décembre 2022. Soit environ 150 000 francs CFA de bénéfice par bœuf vendu au bout de trois mois. Plus vous avez des têtes, plus vous avez des bénéficies.

Le programme Afop m’a beaucoup aidé. Il m’a permis d’apprendre deux nouveaux métiers, l’élevage et l’agriculture, et il m’a aussi permis d’être autonome. Grâce à mes revenus, je subviens aux besoins de ma petite famille, et aussi à ceux de mes frères et sœurs. Je ne peux que remercier le programme AFOP qui est un programme qui aide véritablement les jeunes. Au jourd’hui, j’applique beaucoup de techniques que de nombreux éleveurs ne maîtrisent pas ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.