SND 30 : l’équipe de suivi-évaluation à pied d’œuvre

0
81

La première session du comité national a eu lieu le 15 juillet dernier et a abouti à la mise en place de sept sous-commissions sectorielles chargées de veiller à la bonne exécution de la Stratégie nationale de développement.


Ils ont la responsabilité de faire de la Stratégie Nationale de Développement (SND30) une réussite sur tous les plans. Eux, ce sont les secrétaires généraux des ministères, des directeurs généraux d’entités publiques, des représentants du secteur privé, des représentants des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) et des membres de la société civile. Ils forment le Comité national de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la SND-30, le nouveau cadre de référence pour le développement du Cameroun. Présidé par Paul Tasong, ministre délégué au ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, représentant du ministre Alamine Ousmane Mey, le Comité a tenu sa première session de suivi six mois après le début de l’exécution de la SND-30. Pour cette première rencontre, l’objectif était davantage de mettre en place le Comité de suivi-évaluation que de procéder à l’évaluation de la stratégie en elle-même. Pour cela, trois principales articulations ont meublé les échanges : le rappel des missions du Comité et la création des sous-commissions, un rappel des considérations et orientations clés de la SND et la présentation de la stratégie de communication.

- Publicité -

S’agissant des missions du Comité national de suivi-évaluation de la Stratégie nationale de développement, celles-ci tiennent en un décret, celui du 23 mars 2021, signé du Premier ministre Joseph Dion Ngute. Portant création du comité, il précise que la mission dévolue à ladite commission consiste à suivre et à évaluer les actions entreprises pour la réussite de la SND-30. Mieux que les indiquer, Paul Tasong a appelé chacun des membres du comité à en prendre la mesure. Pour une meilleure appropriation de ces missions, le Comité a constitué sept sous-commissions sectorielles de suiviévaluation, représentant les sept secteurs déclinés dans la Stratégie. Pour chaque secteur, il est question de veillé à une bonne appropriation de la Stratégie, à une bonne coordination des actions à mener et à un financement adéquat de la SND-30. « Ces commissions devront faire le suivi-évaluation de leur secteur et sur la base de leurs observations, préparer les travaux du Comité national. », a indiqué le ministre délégué. Chaque membre du Comité fait partie d’au moins une des sous-commissions que sont : les infrastructures productives, le développement rural, le développement des industries et des services, l’éducation et la formation professionnelle, la santé, les services sociaux et la protection sociale et la gouvernance. Toutefois, a fait remarquer le ministre délégué, de l’expérience acquise au cours du suivi-évaluation du Dsce (document qui a précédé la SND-30), certaines de ces sous commissions seront désormais coiffées par plusieurs ministères. « Avant, le découpage de ces sous-commission était rigide. Il est désormais plus flexible. Pour exemple, la stratégie sectorielle de la santé ne sera pas seulement coiffée par le ministère de la Santé publique. D’autres administrations y seront aussi impliquées pour un meilleur rendu », a-t-il précisé. L’autre point de la rencontre a été l’actualisation des connaissances des membres du Comité sur la Stratégie en elle-même. Ce à quoi a servi l’exposé du ministre délégué sur la Stratégie Nationale de Développement, sa vision, ses considérations et orientations clés, ses piliers et ses stratégies sectorielles. « Il était question de se rassurer que le Comité sait exactement où il va et dans quels buts », a indiqué le membre du gouvernement.

Une stratégie de communication pour vulgariser la Snd-30

Parce qu’elle nécessite une appropriation de tous les acteurs, la SND-30 doit être vulgarisée. C’est la première tâche à laquelle compte s’attaquer le Comité national de suivi-évaluation. « La préoccupation initiale pour la mise en œuvre de la Stratégie consiste entre autre à veiller à une appropriation totale de celle-ci par les différents acteurs de développement et par les bénéficiaires des actions de développement », a indiqué le ministre délégué Paul Tasong. Pour cette raison, « nous avons songé à élaborer une stratégie de communication qui a pour objectifs de procéder à une communication structurée. Elle balise le chemin en indiquant comment nous allons procéder pour atteindre les différentes cibles. Nous allons entamer la phase physique de l’implémentation de cette stratégie qui consiste à faire connaitre la SND à tous les Camerounais », a-t-il précisé.

Assistant à ces travaux en sa qualité de représentante de la société civile, le professeur Viviane Ondoua Biwole a quant à elle apprécié le grand intérêt qu’accorde le gouvernement à la réussite de ce nouveau cadre de développement. « Le Comité national de suivi-évaluation du Dsce était présidé par le secrétaire général du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire. Désormais, il est présidé par le Premier ministre, chef du gouvernement à terme, et celui qui nous concerne par le ministre en charge de l’Economie. On se rend donc compte qu’il y a un niveau stratégique supplémentaire, certainement pour corriger le précédent dispositif », at-elle indiqué, au sortir des travaux. La SND-30, nouveau cadre de référencement pour les actions de développement à mener au Cameroun entre 2020 et 2030 a été présenté en novembre dernier. Il devra permettre au Cameroun d’atteindre un taux de croissance moyen de 8% par an, de porter à 25 % la part de la production manufacturière au PIB et de réduire à 10 % le taux de pauvreté au Cameroun. Pour cela, il s’appuie sur quatre piliers que sont la transformation structurelle de l’économie, le développement du capital humain et du bien-être, la promotion de l’emploi et l’insertion économique et la gouvernance, la décentralisation et la gestion stratégique de l’Etat. La SND-30 remplace le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (Dsce), expiré en 2019.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here