Smid : le sort des placements préoccupe

0
306

A cause d’une bataille pour son contrôle, la société métropolitaine d’Investissement de Douala est désormais sous le coup d’une procédure judiciaire.


Plus de 5 milliards de francs CFA avaient été mobilisés par la Société Métropolitaine de Douala (Smid). Soit plus de la moitié des 10 milliards recherchés par la Communauté Urbaine de Douala (CUD) qui avait lancé cette opération afin de réaliser de multiples projets. Dans la constitution du capital, les actions de la catégorie A sont détenues par la CUD et les communes d’arrondissement, à hauteur de 23 %. Les actions de la catégorie B, par des entreprises du secteur public et parapublic pour 10 % tandis que la catégorie C est constituée d’entreprises du secteur privé à hauteur de 20 %. Les actions de catégorie D, elles, sont détenues par les personnes physiques à concurrence de 47 %. L’appel à l’épargne de la Smid avait donc gagné la confiance des investisseurs. Seulement, l’on ne sait plus quelle direction prendra ce projet.

Le 12 février 2021 en effet, la justice a désigné un administrateur provisoire pour un mandat de six mois à la tête de la Société Métropolitaine d’Investissement de Douala. Objectif : réaliser un audit financier judiciaire des comptes. Mais surtout organiser une Assemblée générale des actionnaires en vue de renouveler le Conseil d’administration jusqu’ici présidé par Fritz Ntone Ntone, ancien délégué du gouvernement auprès de la CUD. Derrière cette décision de justice, l’on y voit une démarche du chef de la mairie de la ville (actuelle appellation de la CUD). Le maire Roger Mbassa Ndine estime qu’ayant remplacé l’ancien délégué du gouvernement à la CUD, il devrait par conséquent prendre les rênes de cette Société. La Smid de son côté avec pour PCA Ntone Ntone a décidé d’organiser une Assemblée générale le 25 mars dernier mais s’est vue interdite par la justice. Les avocats de la Smid ont par ailleurs demandé l’annulation de la nomination de l’administrateur provisoire et le verdict du Tribunal de Grande Instance du Wouri est attendu.

Du discrédit sur la gestion

En attendant l’issue de l’affaire devant le tribunal, l’actuel exécutif de la ville pointe du doigt la gestion des fonds par l’administration de la Smid conduite par Fritz Ntone Ntone. Le Conseil de la mairie de Douala après avoir siégé le 31 mars dernier a rendu public un communiqué de presse dans lequel il dit avoir examiné le compte administratif de l’exercice clos au 31 décembre 2020. Résultat : « les informations financières disponibles font état d’un résultat d’exploitation déficitaire après plus de deux ans d’activités, d’investissements à l’arrêt et sans perspective de reprise, d’une trésorerie inexistante, ainsi que des charges de fonctionnement disproportionnées, toutes choses qui ont absorbé la totalité du capital social initial et compromettent la continuité de l’exploitation de cette société».

Les grands conseillers estiment que le projet de la Smid risque de ne pas avoir un retour sur investissement et demandent à la marie de la ville «de défendre sans concession dans le cadre des procédures judiciaires en cours, d’une part, les intérêts de la ville de Douala dont l’engagement financier direct s’élève à environ 2,5 milliards de francs CFA, et d’autre part, ceux des petits souscripteurs aujourd’hui sans perspective de retour sur investissements». Les souscripteurs craignent désormais pour le sort de leurs mises.

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.