Nécrologie : Ibrahim Mbombo Njoya est mort

Le sultan roi des Bamoun est décédé cette nuit des suites de maladie en France.

0
156
mbombo-njoya-sultan-des-bamoun de son vivant

Ibrahim Mbombo Njoya n’est plus. Le sultan roi des Bamoun s’est éteint cette nuit à l’hôpital américain de Paris cette nuit, à 84 ans. L’homme a succombé à la maladie qui l’avait conduit loin de son royaume et de son pays le 15 septembre dernier. Des informations faisaient état d’une situation grave pour celui qui avait d’abord transité par le Centre des urgences de Yaoundé, avant d’être évacué en Europe.

- Publicité -

La rumeur l’avait déjà annoncé mort, alors que le monarque des Bamoun était encore en soins à Yaoundé. Les médecins ont essayé le miracle, mais finalement deux semaines après, l’homme a été vaincu par la maladie. Une source jointe en son temps par le site cameroon-info.net, déclarait alors que « Sa Majesté souffre de plusieurs maladies. Ce qui n’est pas une surprise compte tenu de ses 84 ans. Mais, la semaine dernière, son état de santé s’est davantage dégradé. L’on pense que la pandémie de l’heure, le Coronavirus, s’en est aussi mêlé. Tout le monde a jugé opportun son évacuation ». Parlant de Covid-19.

Quatre personnalités politiques africaines avaient effectué le déplacement sanitaire en Europe pendant la même période. Charles Konan Banny, l’ancien Premier ministre ivoirien, a vite succombé le lendemain de son évacuation. Casimir Oye-Mba, l’ancien Premier ministre gabonais a suivi. Alors que côté Cameroun, Louis Paul Motaze, le ministre des Finances, retrouve sa stabilité, le sultan Ibrahim Mbombo Njoya rejoint le rang des décédés.

Le sultan Ibrahim Mbombo Njoya avait pris le pouvoir en pays Bamoun en 1992, à la mort de son père. L’ancien administrateur civil quitte la scène après 29 ans de règne. Il quitte la scène au moment où le Rassemblement démocratique du peuple camerounais sont parti au pouvoir dont il était le patron régional pour l’Ouest, se déchire dans le cadre du renouvellement de ses organes.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here