Lutte contre les AVC : Douala fait le point des avancées thérapeutiques

Un colloque international sur le sujet vient de se tenir dans la capitale économique du Cameroun.

La ville de Douala a accueilli ce 15 mai 2024 u colloque international sur les avancées thérapeutiques en matière de lutte contre les Accidents vasculaires cérébraux (AVC). Co-organisé par le groupe Saar assurances, l’association Values and innovation for the progress of Africa (Vipa), le groupe Cardiopratique de Douala, et la Société camerounaise de cardiologie et l’Académie camerounaise de neurologie, la rencontre de Douala a vu une participation active de la clinique universitaire de Navarre, qui, selon le classement World’s best hospitals, fait partie des cent meilleurs hôpitaux du monde, et est parmi les 30 meilleurs hôpitaux d’oncologie du monde.

Les scientifiques de haut vol qui se battent au quotidien contre cette tueuse silencieuse qui sévit dans le monde entier, ont partagé leurs connaissances et expériences sur la lutte contre l’AVC. Avec un intérêt particulier sur « la prévention des AVC au cours de la fibrillation atriale ; et les avancées thérapeutiques dans l’anticoagulation orale et la fermeture de l’auricule gauche ». On apprend que « des millions de personnes dans le monde prennent des anticoagulants » par anticipation. « Ce médicament vise à prévenir les accidents vasculaires cérébraux provoqués par la fibrillation auriculaire, qui est l’arythmie cardiaque la plus courante et est particulièrement associée au vieillissement de la population », indique-t-on. Or « le traitement anticoagulant est chronique et, malgré ses progrès, il n’est pas exempt de risques et de complications hémorragiques », relève la communication officielle de l’événement. « L’intervention de fermeture de l’appendice du cœur est une technique alternative à l’anticoagulation permanente. Grâce aux progrès chirurgicaux et à l’expérience des professionnels, cette procédure mini-invasive a démontré le même niveau d’efficacité dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux et évite également en toute sécurité les effets indésirables des médicaments », expliquent les experts. Soulignant que « l’intervention consiste à bloquer l’appendice (qui est une petite cavité située dans la partie supérieure de l’oreillette gauche du cœur), pour empêcher la formation de caillots à l’intérieur ». Pour les scientifiques réunis à Douala, « il s’agit d’une intervention chirurgicale mini-invasive qui dure entre une et deux heures et permet aux patients de se rétablir rapidement et de sortir le lendemain ».

Fermeture des appendices

Selon le Dr Rafael José Ruiz Salmerón, spécialiste en cardiologie et particulièrement en cardiologie interventionnelle en service en service à la clinique universitaire de Navarre, « la fermeture des appendices est une intervention relativement simple et scientifiquement prouvée qui permet au patient d’arrêter de prendre des médicaments anticoagulants ». L’expert auteur de plusieurs essais cliniques liés aux bénéfices du traitement par cellules souches dans le pied diabétique, assure que « l’application de ce traitement constituerait une stratégie de santé attractive pour les pays d’Afrique subsaharienne ».

Plusieurs exposés ont meublé les échanges. Entre autres, le Pr Yacouba Mapoure, qui a entretenu l’auditoire sur les « leçons tirées du registre des AVC de Douala », le Dr Jean Bekouti, sur « les défis de l’anticoagulation en Afrique ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.