Lancement du budget 2021

Le budget de l’Etat pour l’exercice 2021 est officiellement lancé à Ebolowa (Sud). Présidée par le ministre des Finances Louis Paul Motaze, la cérémonie prévue à cet effet a drainé dans la salle de fête du Collège Régional de l’Agriculture, l’administration des Finances, les autorités administratives, traditionnelles et religieuses, les parlementaires et opérateurs économiques. C’est donc dans une salle noire de monde que le ministre a présenté et expliqué le budget 2021 de l’Etat. Il s’agit d’une enveloppe de 4 865, 2 milliards de francs CFA, équilibrée en dépenses et en recettes. Bien qu’en hausse de 232,5 milliards de francs CFA en valeur absolue (5 % en valeur) relative par rapport au budget de l’année 2020, cette enveloppe s’exécute dans un contexte qui requiert des maillons de la chaîne d’exécution un certain sens de responsabilité. « Ce budget va s’exécuter dans un contexte marqué par des incertitudes (coronavirus, Ndllr) lesquelles appellent à plus de prudence et de vigilance de la part du gouvernement dans la formulation des choix stratégiques et budgétaires pour l’exercice 2021 », a fait savoir le ministre des Finances.

- Publicité -

Pas étonnant donc que l’orientation de la politique budgétaire de cette année vise essentiellement « la poursuite de la consolidation budgétaire qui vise la réduction progressive du déficit budgétaire de 1,7 point de pourcentage, en le portant de 4,5 % du PIB 2020 à 2, 8 % en 2021 mais également la garantie de la soutenabilité des finances publiques, la viabilité de la dette (10 000 milliards au 30 octobre 2020, Ndlr) et la stabilité macroéconomique », précise t- on au ministère.

Conscient de ce contexte et des défis qu’il exige de relever, le gouvernement s’est fixé comme objectifs pour cette année budgétaire : « de renforcer le système de santé afin de prévenir la propagation du virus et de garantir aux populations une meilleure qualité de soins ; de maintenir une veille sécuritaire dans les régions affectées par les crises (Nord-Ouest, Sud-Ouest, Extrême-Nord) et implémenter le plan présidentiel de reconstruction et de développement desdites régions, de parachever l’organisation des compétitions sportives internationales notamment le Chan 2021 et la CAN 2022 ; d’accélérer le processus de décentralisation et de relancer le système productif camerounais à travers la politique de l’import-substitution », a listé le ministre Louis Paul Motaze. La rencontre visant à donner des clés de lecture à tous les maillons d’exécution de la chaîne du budget, dans la région du Sud, une attention particulière a été donnée au processus de décentralisation au point de vue financier et sur la politique d’import-substitution.

7 % des recettes de l’Etat attribuées aux CTD

Revenant sur la controverse suscitée par le montant à débloquer pour les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) au titre de ressources à transférer à ces entités telles que prévues par le Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées, le Minfi a présenté la procédure de calcul utilisée. Selon la loi de décembre 2019 portant Code Général des CTD, au moins 15 % des ressources de l’Etat doivent être transférées aux CTD dans le cadre de leur dotation générale. « Les gens ont vite fait de calculer les 15 % sur la base des recettes de l’Etat. Or, la base de calcul exclut les charges telles que les financements extérieurs (dettes) et les pensions des fonctionnaires de l’Etat », a expliqué le ministre Louis Paul Motaze. Ainsi, pour cette année budgétaire « l’Etat a prévu de transférer 18 % aux CTD, soit 590 milliards de francs CFA y compris les moyens pour le fonctionnement des structures de santé et d’éducation. Seulement, du fait que les CTD ne disposent pas encore de toutes les structures et préalables nécessaires pour permettre l’exercice effectif de certaines de leurs compétences, seuls 232,1 milliards de francs CFA leur seront transférés cette année, soit 7, 2 % des recettes de l’Etat » a-t-il détaillé.

50 milliards pour impulser l’import-substitution

Produire et transformer localement les produits de grande consommation afin de réduire la dépendance extérieure en ces produits et stabiliser la balance commerciale. C’est la nouvelle dynamique que veut impulser la loi de finances 2021. Pour cela, le ministre a saisi l’occasion du lancement technique du budget pour interpeller à la fois producteurs et population sur leurs responsabilités dans la réussite de cette entreprise. « Les premiers devront veiller à améliorer la qualité de leur production et les seconds à faire preuve de patriotisme, et choisir entre deux produits d’égale qualité, celui produit localement », a-t-il souhaité. « En retour, le gouvernement s’engage à mettre en œuvre la feuille de route prévue à cet effet dans la loi de finances de 2021. En plus d’une provision de 100 milliards de francs CFA retenue au titre du Fonds de Solidarité National dans la lutte contre le coronavirus, une dotation additionnelle de 50 milliards de francs CFA pour l’amorce du Plan de soutien à la production et à la transformation locale des produits de grande consommation sera transférée à cet effet », a-t-il annoncé. Cette loi de finances prévoit des exonérations de droits et taxes de douanes sur l’essentiel des équipements et intrants destinés à l’agriculture, à la pêche et à l’industrie pharmaceutique et soumet aux droits d’assises certains biens qui doivent être importés sans difficultés particulièrement au Cameroun. Toute chose qui devrait encourager les producteurs locaux à plus d’audace dans l’offre de produits à destination des consommateurs.

Pour une meilleure compréhension et implémentation de la loi de finances, des exposées sur les autres innovations fiscales et douanières avec notamment les allègements fiscaux pour une redynamisation de l’entrepreneuriat et l’amélioration du climat des affaires, les mesures de sécurisation de l’assiette des recettes, mais aussi sur le plan des procédures de passation de marchés avec à chaque fois des exposés de représentants des administrations concernées. Le lancement technique du budget a également eu lieu mardi et mercredi dans les autres régions du pays.
Par Canicha Djakba

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here