Justice : éliminer les violations des droits de l’Homme

C’est le plaidoyer lancé il y a quelques jours, à l’endroit des acteurs de la chaine de la Justice pénale, par l’ONG Nouveaux Droits de l’Homme.

0
911

Magistrats, Officiers de Police Judicaire, Agent de Police Judicaire, personnels pénitentiaires, avocats, Organisations de la Société Civile et autres acteurs de la justice pénale étaient en formation à Yaoundé, il y a quelques jours. Objectifs, du séminaire, amener les acteurs qui interviennent dans la chaine de la Justice pénale  à s’approprier l’esprit des droits de l’Homme et  à l’intégrer dans les pratiques quotidiennes afin de mieux lutter, réduire et même de cesser les violations aux Droits de l’Homme.  Selon l’ONG Nouveaux Droits de l’Homme qui a organisé la formation, la situation des droits de l’Homme dans la Justice pénale s’est dégradée depuis 2016, date du début de la crise anglophone. L’ONG cite en guise d’évocations : les arrestations massives, les détentions arbitraires, la torture, les mauvais traitements, les procès interminables entre autres.

- Publicité -

La responsabilité de l’Etat

Selon l’avocat Claude Assira, l’un des formateurs de l’atelier, la protection des droits des citoyens est la responsabilité de l’Etat. C’est l’acteur principal qui organise la vie et qui doit maintenir l’ordre public. L’homme de droit explique « lorsqu’une loi pénale est violée, il doit par des règles efficaces de procédure organiser les mécanismes de répression susceptibles de sécuriser tous les acteurs de la scène de la procédure pénale ». Et ajoute que :  « l’Etat du Cameroun a ratifié des textes internationaux et a adopté des lois nationales sur les droits humains et il  lui revient de veiller à l’application de ces textes ». Claude Assira déplore le fait qu’à «  tous les niveaux de la justice malgré les nombreux textes qui constituent les engagements pris par l’Etat, on constate une absence totale de la prise en considération de l’état de l’homme dans sa dignité, sa liberté, son patrimoine ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here