Inflation : Le prix du pain connaitra-t-il une augmentation ?

0
163

Plusieurs acteurs du secteur se posent la question.

- Publicité -

Dû à la montée du prix du blé à l’importation, le syndicat des boulangers tend à augmenter le prix de la baguette de pain, annonce nos confrères d’Eco Matin à la une de ce jour. Dans certaines de nos boulangeries, il nous est difficile depuis quelques jours de trouver encore du pain qui coute 125f. Les prix vont de 150f pour les baguettes à 1000f voir même plus pour les gros pains. Le sac de farine est quitté de 4500f à 6500f. Une situation plutôt fâcheuse pour les acteurs du secteur mais que tente la Coalition Camerounaise des Consommateurs (CCC) d’éviter. Elle note que le cadre des informations, les acteurs du secteur de la minoterie et de la boulangerie ont soutenu que les couts de production ont explosé du fait de cette situation et qu’ils ont du mal à équilibrer les charges.

Elle fait d’ailleurs une analyse de la situation en cas d’absence de mesures efficaces prises par le gouvernement camerounais. Prince Mpondo, le président de la Coalition au nom de la CCC explique « les unités industrielles vont cesser l’importation ce qui va entrainer un arrêt de production et de ravitaillement du marché. Il y a risque d’une pénurie de la farine et de ses dérives risque de menace sur la sécurité alimentaire avec ses conséquences socio-économiques. Les industries vont poursuivre la production en faisant supporter aux consommateurs les couts additionnels générés par la conjecture internationale. Il y a risque d’inflation sur les prix des farines et de ses dérivés. La politique gouvernementale de lutte contre la vie chère déjà mise en mal par le nouveau contexte mondial va davantage l’être »    

Pour lutter contre cette possible inflation, le président au nom de toute la Coalition propose des solutions telles que mener une consultation entre l’administration publique, le secteur privé et les associations de protection des droits des consommateurs pour trouver le bon équilibre entre l’absorption du choc externe et le prix de vente final aux consommateurs ; la purge par le gouvernement de la subvention promise en 2011 aux entrepreneurs de la filière meunerie ; l’octroi provisoire de nouveaux avantages fiscaux au secteur de la meunerie et de la boulangerie, en attendant la normalisation sur le marché international ; le redémarrage des activités de Sodeblé, fermées depuis plus de trois décennies ; accompagner des universitaires dans des recherches sur des substituts du blé ou des produits alternatifs, etc

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here