Football professionnel : Pierre Semengue aux commandes de la transition

0
140

« C’est une très grande surprise pour moi, vieil homme, de me retrouver à la tête de ce comité créé par mon fils, Samuel Eto’o récemment élu président de la Fécafoot. Je ne pouvais pas ne pas accepter de l’accompagner dans cette mission, lourde mission qu’il vient de recevoir des membres de la Fécafoot ». Ceci est l’impression de Pierre Semengue après son installation comme président du Conseil transitoire du football camerounais (CTFC). Samuel Eto’o peut donc dormir tranquille sur ses lauriers. Pierre Semengue a accepté la passe à lui servie par le nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Le général à la retraite a été installé ce 25 février 2022 à la tête du Conseil transitoire du football camerounais (CTFC), la structure chargée d’assurer la transition à l’organisation du football professionnel au Cameroun. Signe que l’homme a finalement accepté de tourner la page de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC). « Dès lors qu’il m’a consulté pour que je puisse diriger ce Conseil transitoire qui est une sorte de Comité de normalisation de la Ligue, je ne pouvais pas ne pas accepter pour qu’on quitte cette situation de blocage depuis deux ou trois ans parce que nous ne faisons rien, je pense qu’il avait raison et il a raison de le faire et je ne peux pas refuser de l’accompagner avec ma petite expérience dans cette œuvre de salut national», a laissé croire le général à la retraite, ancien « opposant » à la Fécafoot.

- Publicité -

Une pilule qui a été difficile à avaler pour l’ancien patron de l’armée camerounaise. Lui qui brandit depuis plus d’un an une décision de justice à lui favorable au sujet de cette Ligue. C’est que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rétabli la Ligue dans ses droits d’organiser le football professionnel. Déboutant ainsi la Fécafoot qui l’avait suspendue. L’homme qui préside aux destinées de cette structure sous-tutelle de la Fécafoot depuis 2011, a saisi la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC). Laquelle lui a donné raison, ais la Fécafoot ne s’est jamais exécutée. Malgré que le TAS ait confirmé cette sentence. Rien n’y a fait. En arrivant à Tsinga, Samuel Eto’o avait promis de réconcilier la famille du football. Et parmi les acteurs clés, l’homme avait engagé des discussions avec le Général Pierre Semengue. Sans réhabiliter la LFPC. D’où les tiraillements, alors que les championnats professionnels étaient programmés pour être relancés ce 27 février 2022. Lors de sa dernière session, le Comité exécutif de la Fécafoot a renvoyé sine die ce démarrage. Le temps de boucler les négociations avec Pierre Semengue.

C’est désormais chose faite. Le patron de la désormais « défunte » conduira la transition sur les restes de la structure qu’il se battait à ressusciter, le temps pour les nouveaux maîtres de la Fécafoot de Ligue, de trouver une nouvelle formule pour une gestion plus efficiente du football professionnel. Sauf si l’ancien stratège militaire renoue avec une manie de l’ère Iya Mohamed, avec des revirements spectaculaires. Toujours est-il que l’homme a juré d’avancer. « Je ferai tout ce qui est possible à mon pouvoir pour essayer de remettre le football camerounais sur les rails ; pour que je puisse laisser la jeunesse poursuivre l’œuvre entreprise», a promis le président du CTFC. « Les enfants ont pour devoir d’accompagner leurs parents, et il était de mon devoir de t’accompagner. C’est un défi personnel», a promis Samuel Eto’o. Avec l’espoir de «profiter de ton expérience pour essayer de donner à notre football la place qu’il mérite dans ce monde», envisage-t-il, priant les autres acteurs du football camerounais d’accompagner le président de la transition.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.