Filière porcine : Ce que va apporter la convention de partenariat  entre la Chambre d’agriculture et la firme allemande Big Dutchman International

Une opportunité après le passage de la dernière épizootie de peste porcine africaine qui a décimé 900 000 porcs, soit environ 22,5% du cheptel de la région de l’Ouest Cameroun, le plus grand bassin de production du pays.

- Publicité -

Martin Paul Mindjos Momeny, président de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts (CAPEF) et Martens Steffen Karl, directeur général de la firme allemande Big Deutchman International, ont récemment signé une convention de partenariat à Yaoundé, capitale camerounaise pour le développement de la filière porcine au Cameroun.

En effet, dans ledit contrat, la firme allemande s’engage à construire et équiper des fermes porcines modernes clés en main aux membres et ressortissants de la CAPEF ; fournir à la CAPEF les plans et devis des différentes fermes à implémenter et de toute autre documentation disponible et nécessaire à la mise en œuvre des projets visés.

La firme allemande Big Deutchman International va aussi mettre en place au Cameroun, un magasin achalandé d’équipements Big Deutchman et former les membres et ressortissants de la CAPEF à l’utilisation desdits équipements dont des solutions automatiques et intelligentes pour l’élevage telles que les enclos, les systèmes d’alimentation et de contrôle de l’environnement.

La contribution de la CAPEF dans ledit partenariat va consister à fournir à son partenaire toute la documentation disponible et nécessaire à la mise en œuvre des fermes à implanter ; soutenir les  programmes et projet de son partenaire.

Peste porcine africaine

La filière porcine locale a récemment essuyé plusieurs vagues. La crise du covid-19 a sérieusement perturbé les canaux d’approvisionnement et de distribution. A sa suite, l’interdiction de commercialisation, de circulation de la viande de porc et de ses dérivés par un arrêté du gouverneur de la région de l’Ouest en juillet 2021. Des cas suspects de peste porcine africaine ayant été enregistrés dans ce bassin qui représente 40 à 45% de la production nationale selon l’Interprofession porcine de l’Ouest. L’exposition de ce secteur aux maladies a souvent entraîné des pertes, contribuant à réduire significativement les capacités de production à travers le pays. Selon les données de l’Interprofession, 90 000 porcs ont été abattus durant cette épizootie, soit 22,5% du cheptel de la région.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.