Fécafoot : Putsch» manqué de Seidou Mbombo Njoya

Le président intérimaire de l’instance refuse de reconnaître l’Assemblée générale de 2009, et annonce des élections en octobre. Mais les Assemblées générales des Ligues départementales organisées vendredi dernier n’ont pas pu se tenir partout.

0
214

La Ligue départementale de football du Mfoundi n’a pas tenu comme les neuf autres départements du Centre, son assemblée générale ce 18 juin. Faute d’avoir pu obtenir une déclaration de manifestation publique. Le Sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 2 ayant opposé une fin de non-recevoir aux demandeurs. Les interventions sollicitées au niveau du gouvernement n’y ont rien changé. Dans certaines villes du pays, le rendez-vous n’a aussi pas eu lieu.

- Publicité -

C’est la qualité des organisateurs qui fait problème. Seidou Mbombo Njoya, le président transitoire de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), après avoir vomi au niveau fédéral l’Assemblée générale (AG) de l’instance depuis son « intronisation » par la Fédération internationale de football association (Fifa), essaie ainsi d’imposer les assemblées générales des ligues décentralisées issues de l’élection de 2018 annulée. « L’Assemblée générale légitime pour statuer sur les affaires de la Fécafoot c’est celle de 2009», n’ont cessé de rappeler les adversaires qui avaient obtenu l’annulation de l’élection de 2018. Après l’annulation de l’assemblée générale ayant adopté les Statuts et Règlement intérieur de la Fécafoot d’octobre 2018, automatiquement le statu quo ante s’applique. A savoir que les textes avant ceux annulés, restent en vigueur. Mais les dirigeants transitoires de la Fécafoot ont préféré piétiner cette disposition.

Dilemme

Cela survient après une sentence de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) en date du 10 juin 2021 invalidant les travaux de l’Assemblée générale du 2 février 2021 ayant conduit à la nomination d’Albert Mbida à la tête du Comité exécutif de la Fécafoot. Une victoire que ne peut savourer Seidou Mbombo Njoya, tant la CCA reconnaît comme compétente l’Assemblée générale de 2009. Et 44 des 73 membres de l’AG de 2009 ont déposé une requête à la Fécafoot demandant la convocation d’une assemblée générale extraordinaire de l’instance, en se basant sur l’article 30 des Statuts en vigueur qui donne pouvoir aux 2/3 des membres de l’AG de convoquer une réunion extraordinaire de l’organe suprême. Au menu de cette AG extraordinaire, « le vote sur le retrait de toute compétence à monsieur Seidou Mbombo Njoya et aux membres du Comité exécutif élus le 12 décembre 2018 et dont l’élection a été annulée… ; le vote sur la suspension des personnes physiques… ». Il s’’agit des membres du Comité exécutif de 2018. Ces personnes qui avaient déjà été suspendues lors de l’Assemblée générale de février qui a nommé Albert Mbida et compagnie. Le communiqué annonçant la convocation de cette assemblée générale, signé de Me Lebel Elomo Manga au nom des membres demandant ladite assemblée, souligne que l’initiative « a pour but de préserver les droits des membres concernés et ne saurait être considérée comme la reconnaissance d’une quelconque légitimité à M. Seidou Mbombo Njoya et aux membres du Comité exécutif élus le 12 décembre 2018… ».

Un dilemme pour Seidou Mbombo Njoya qui continue de vouloir contourner l’AG de 2009. C’est le réveil des vieux démons qui hantent la maison du football camerounais depuis des lustres, avec une forte intensité depuis 2013. L’homme a annoncé la tenue des élections pour le mois d’octobre prochain. Sans donner un contenu clair du calendrier en question. Et pourtant, la révision des textes est une condition pour l’ouverture du processus électoral.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here