Emmanuel Neossi : L’espoir de la filière cacao

Fils de paysans, producteur et exportateur, il réussit à ouvrir la plus grande usine de transformation de l’or brun au Cameroun.

0
1213
Par Emmanuel Néossi viendra le bonheur du cacao camerounais

Neo Industry SA, la première usine camerounaise de transformation locale des fèves de cacao est ouverte depuis plus d’un an. C’est l’oeuvre d’Emmanuel Néossi, entrepreneur camerounais de 46 ans. A Kekem, dans le département du Haut-Nkam dans la région de l’Ouest, se dresse le complexe de 5, hectares. Son promoteur entend en faire une usine de transformation de 32 000 tonnes de fèves de cacao dès la première année de son exploitation, soit 10 % de la production actuelle du pays. Le produit obtenu sera constitué de 12 000 tonnes de beurre, 6000 tonnes de poudre de cacao et 6000 tonnes de masse (matière permettant d’obtenir de l’huile de cacao).

- Publicité -

Un investissement de 50 milliards de francs CFA qui permettra au Cameroun d’accroître d’au moins 10% le taux de broyage du pays encore estimé à 25 %. L’entreprise prévoit de « créer une chocolaterie pour la fabrication des barres chocolatées et la pate à tartiner », explique son promoteur. « Pour l’instant, l’essentiel de la production est destinée à l’exportation », précisait-t-il. Au-delà d’une initiative entrepreneuriale, Néo Industry SA est une fierté nationale et même africaine. Au Cameroun, elle vient mettre un terme au monopole détenu depuis une cinquantaine d’années par l’entreprise suisse SIC Cacao, filiale du groupe Barry Callebaut. En « Afrique subsaharienne, elle est la plus grande et la plus moderne », avait-il précisé au cours de l’inauguration de l’usine le 26 avril 2019.

Un entrepreneur audacieux

Le projet Neo Industry S.A est l’aboutissement d’une aventure entrepreneuriale entamée en 1993 à Kekem, la ville natale d’Emmanuel Néossi. Cette année là, le fils de producteurs de cacao au terme de ses études en comptabilité au Lycée technique de Kekem décide se lancer dans la cacao-culture. Grâce à l’aide de sa maman, il acquiert 50 hectares de terre cultivable. En 2000, sa production prenant de l’ampleur, Emmanuel Néossi crée un Groupe d’Initiative Commune (Gic) et étend davantage ses rendements. Le jeune entrepreneur gagne alors en expérience et en renommée. Il se lance en 2010 à partir de sa société Producam, dans l’achat et la revente de fèves de cacao aux exportateurs. Une activité qui prend de l’ampleur avec le partenariat qu’il noue avec le groupe américain Archer Daniels Midland Co (ADM), puis avec Olam en 2015, raconte Emmanuel Néossi. En juin 2016, l’intérêt pour la transformation de l’or brun se matérialise. Le projet de Kekem sort de terre, et le ministre Louis Paul Motaze, alors ministre en charge de l’Économie, procède à la pose de la première pierre de l’édifice. Aujourd’hui Emmanuel Néossi est parmi les trois grands exportateurs de cacao du Cameroun, le premier de nationalité camerounaise.

Il est marié et père de huit enfants. L’esprit ancré dans l’entrepreneuriat, Emmanuel Néossi est également présent dans l’immobilier (SCI Neo & Co.), le transit (All Logistics Transport) et la distribution alimentaire (Neo Food Distribution). Il a créé la Neo Real Estate, une coentreprise dans laquelle il détient 51 % des parts, afin de prendre pied dans le logement social et la construction routière. Et a récemment lancé en partenariat avec la mairie de Douala, la transformation de l’ancien marché Congo en un mall dénommé Neo Congo Mall. Le coût de la construction est évalué à près de 28 milliards de francs CFA.
Par Canicha Djakba

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here