Échanges Commerciaux : seulement 20% des entreprises tirent profit de l’Ape

0
37

On note une faible maîtrise de ces accords par les opérateurs économiques malgré l’existence de divers instruments d’accompagnement.

- Publicité -

Plus de 700 importateurs et exportateurs ont déjà bénéficié de l’Accord de Partenariat Économique Bilatéral Cameroun-Union Européenne entrée en vigueur le 04 Août 2016. Divers produits sur lesquels sont appliqués un démantèlement tarifaire des droits de douanes compris entre 10 et 100% ont engendré à ce jour, une moins-value fiscalo douanière cumulée de plus de 40 milliards de francs CFA. Le gain fiscal obtenu par lesdites entreprises n’a pas encore produit d’effets sur leur compétitivité. La moins-value fiscal douanière qui représente aussi des gains fiscaux pour les entreprises concerne principalement les secteurs de l’imprime rie/papeterie, les produits brassicoles, l’agroalimentaire, les engrais, cimenterie, les services publics. Dans ce classement, plus de 70% des bénéficiaires sont des grandes entreprises pour seulement 20,5% de PME.

Globalement, très peu d’entreprises tirent des avantages qu’offre le libre accès au marché européen représentant pourtant 40% des exportations du Cameroun. On note en réalité un faible taux d’utilisation de la préférence par les entreprises. Ce taux est seulement de 13% d’après les données de 2021 pour seulement 20% d’entreprises. Parmi les raisons, on avance une faible maîtrise des accords et des procédures à l’exportation. Seulement 35% des demandes de bénéfice à l’APE sont validées d’après le Gicam. Conséquence, les exportations camerounaises ont globalement baissé. Selon la Direction générale des Douanes, la variation des exportations hors pétrole/gaz vers l’UE avant et après le début de l’APE est de -24 %. -49 % pour le caoutchouc, le café (-40 %) le cacao (-36 %), le bois (-6 %) et la banane (-26 %).

Un rapport du ministère de l’Economie relève également une faible diversification des produits exportés à cause notamment des modifications régulières des normes sanitaires et phytosanitaires complexes. Des contraintes qui constituent un frein à l’opportunité qu’offre l’APE. Pourtant, l’un des objectifs de l’accord était de faciliter l’exportation des produits made in Cameroon et de réduire les coûts de production locale pour permettre aux entreprises camerounaises d’être plus compétitives. La situation amène au jourd’hui à questionner l’efficacité des me sures d’accompagnement de l’UE avec ses programmes variés. Notamment le CO LEACP et le Dispositif d’appui à la compétitivité. Pour le chef de délégation de l’Union européenne au Cameroun, « l’union européenne n’a pas vocation à faire le travail des camerounais. » « Nous ne pouvons prendre des mesures de tout genre. On donne un appui pour la mise à niveau mais ce n’est pas nous qui devons prendre les choses en main Le climat des affaires ne se résume pas aux APE avec l’Union européenne. Les entreprises font face à certains problèmes », a déclaré Philippe Van Damme.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.