Commerce extérieur : Pourquoi les virements vers l’étranger traînent.

0
70
Time concept, bunch of watches 3d render 3d illustration

Les clients d’Afriland first Bank se plaignent des lourdeurs dans le traitement de leurs dossiers de financement de leurs opérations à l’international. Ils trouvent les délais longs, en même temps qu’ils qualifient de complexes, les procédures depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation de change. lors d’une rencontre tenue le 11 novembre 2022 au siège du Gicam, des cadres de la banque ont répondu à ces préoccupations.

- Publicité -

Des contraintes règlementaires

« On dépose les enveloppes une seule fois par semaine à la Beac et c’est plafonné à 3 millions d’euros (environ 2 milliards FCFA). Et on ne peut pas demander deux enveloppes la même semaine. Pour le préfinancement, si le montant de votre ordre n’atteint pas 50 millions de francs, on ne peut pas l’envoyer en préfinance ment de manière individuelle. Et pour sou mettre à la banque centrale, il y a une autre contrainte. La banque centrale demande que pour effectuer une opération internationale quel que soit le montant, le client doit reproduire les éléments du KYC (Know Your Custumer) du donneur d’ordre, et du bénéficiaire du transfert. C’est-à dire, les éléments permettant à la banque centrale de mieux appréhender les intervenants. Il y a d’ailleurs une circulaire BEAC qui précise les éléments à produire. Si c’est un transfert qui nécessite l’envoi en préfinancement BEAC, il faudrait qu’elle analyse ces éléments. Et elle exige de charger ces éléments sur sa plateforme et attendre qu’elle valide. Parce que c’est la validation sur la plateforme qui permet d’envoyer le dossier. Si ces éléments ne sont pas au préalable validé sur leur plateforme, on ne peut pas avancer. On peut certes soumettre ; mais si la BEAC ne se sent pas à l’aise avec un élément, elle va rejeter et quand on rejette il faut retourner vers le client et les délais s’allongent. Mais dès que c’est soumis, la BEAC répond dans les 48h. Elle respecte en général ce délai ».

Comment ça marche ?

« Les opérations de moins de 5 millions on les exécute automatiquement. Sur le ré seau en général, les 30% permettent de couvrir ces opérations de moins de 5 millions, donc c’est lorsque nous avons quelques gros encaissements qu’après avoir liquidé les opérations de moins de 5 millions et les opérations liées à l’évacuation sanitaire et les frais de scolarité. Les 30% sont affectés prioritairement à ces deux cas. C’est lorsque ces trois catégories d’opérations sont balayées que nous regardons s’il y a encore des liquidités pour pouvoir récupérer quelques ordres et traiter. Certains peuvent croire qu’il y a des règles discriminatoires. Alors que ce sont des règles de fonctionnement en interne. Nous privilégions les transferts liés aux évacuations sanitaires et aux frais de scolarité. Pour les autres opérations, la banque cen trale accorde trois millions d’euros en de vises. On peut certes choisir une partie en dollars et une partie en euros mais ça ne peut pas dépasser le montant total de trois millions d’euros. Il faut lui soumettre les ordres, elle regarde et va nous donner des devises pour effectuer ces types d’opé rations. C’est à partir de là que le client commence à être impatient parce que le plus souvent le client arrive en banque lorsque son fournisseur lui met déjà la pression de régler sa transaction. Seulement, le client ne connaît pas le process avec la banque centrale ni combien de temps ça peut prendre ».

Les Délais

« Sur le plan règlementaire, la banque centrale a décidé qu’il n’y a que les jeudis que la banque peut effectuer les de mandes d’enveloppes. Donc si vous déposez votre demande un vendredi, il ne sera transmis que la semaine d’après. Votre demande passera une semaine à la banque avant de parvenir à la banque centrale le jeudi suivant. Et une fois que cela est fait, la banque centrale doit selon les règles répondre dans les 48h jours ouvrables. Mais dans la pratique ça varie entre trois et quatre jours ouvrables. Et une fois qu’elle donne son accord, nous allons alors lui autoriser de débiter notre compte de FCFA pour livrer ces devises. La banque centrale se donne un délai de 34h pour nous livrer les devises en théorie mais ça prend en général 48h et dans certains cas 72h. Mais lorsque nous recevons les dévises, la loi nous oblige à traiter votre demande dans les 48h. Vous voyez donc que lorsqu’il faudra en moyenne une semaine. Vous avez à ce moment l’impression que votre opération a trop duré. Par contre, si vous aviez déposé plus tôt, le lundi ou le mardi par exemple, votre enveloppe part le jeudi suivant et c’est pourquoi pendant que vous diriez que votre ordre a pris 14 jours, une autre personne dira que le sien a pris 8 jours. Il faut simplement comprendre le principe ».

Pression de la demande sur les délais et mauvaise information

« Nous observons des clients qui viennent avec 5 à 6 ordres des montants de moins de 50 millions à destination du même fournisseur. Or, nous ne pouvons pas demander plus de 50 millions à la BEAC en une semaine. Donc parfois on se retrouve saturé même le lundi ou le mardi. Avant la réglementation de change, les enveloppes se déposaient physiquement à la BEAC. Lorsqu’on déposait les dossiers à Douala, il fallait les acheminer à la banque centrale à Yaoundé et un dossier de préfinance ment à l’époque pouvait prendre un mois ou deux. C’était très lourd pour les factures de faibles montants ; mais au jourd’hui les choses ont évolué avec la mise sur pied de la plateforme e transfert. Les dossiers de préfinancement vont plus vite que les demandes d’enveloppe. Or, les clients sont restés avec l’ancien concept. Et nous implorons les clients de privilégier les opérations de montants élevés. Parce que dans tous les cas, maximum 7 jours ouvrables, son transfert sera exécuté. Alors que pour l’enveloppe, les dossiers peuvent être saturés même sur deux semaines. Pour les dossiers à préfinance ment, parfois le donneur d’ordre est déjà créé sur la plateforme. Quand vous avez un nouveau fournisseur, si celui-là n’est pas encore créé sur la plateforme e transfert, n’attendez pas le jour où vous allez faire la demande, pour faire sa création. Rassemblez les éléments longtemps avant à la banque. Ainsi s’il y a des éléments supplémentaires qui sont demandés, vous avez le temps de les compléter. De ce fait, le jour où vous aurez besoin d’un transfert à la banque, on soumet directement votre dossier ».

Couvertures du risque de change

« Avant la nouvelle réglementation de change, il était très facile pour les banques de faire les achats en termes de devises pour couvrir les opérations. C’est-à-dire que si vous aviez une opération très importante, avant de vous engager avec votre client, vous pouvez déjà voir avec la banque pour qu’on achète les devises et le cours était négocié d’avance et arrêté. Mais toutes les opérations maintenant portent en général sur des montants importants. Il faut donc passer par la banque centrale pour avoir les devises. La banque centrale dans son dispositif ne prend aucun risque pour gérer le change. On demande les préfinancements en euros et en dollars. Lorsque nous demandons les pré financements en dollars, la banque centrale donne son accord, elle attend que nous lui donnions l’ordre de débiter notre compte en FCFA et elle nous couvre en euros. Par contre, lorsque c’est le dollar, lorsqu’elle donne son accord, elle ne nous demande pas de lui dire de débiter notre compte. Elle nous couvre en dollars et voit ce que cela va lui coûter avant de nous imputer. Au départ d’ailleurs, elle ne pré finançait qu’en euros, c’est bien après qu’elle a commencé à couvrir les préfinancements en dollars ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.