Comeci : le désarroi des épargnants

0
557

Suite au décès subite du liquidateur, les opérations de déclaration de créances engagées récemment à la Direction Générale à Douala sont interrompues.


Les épargnants de la Compagnie Equatoriale pour l’Epargne et le Crédit d’Investissement (Comeci) ne savent plus à quel Saint se vouer. Plus le temps passe, plus l’espoir qu’ils ont de récupérer les fonds qu’ils ont durement gagné et déposé dans les comptes de cet établissement de microfinance laisse place au doute. Et le cauchemar est loin d’être fini. Le stress qui les habite depuis le début de la procédure de liquidation de la Comeci, et le calvaire lié aux allers et retours entre leurs lieux de résidence respectifs et Douala, dans le cadre des opérations de déclaration des créances engagées en mars dernier ont cédé la place au désarroi : monsieur Towoua, le liquidateur de la Comeci est mort. Conséquence : la Direction Générale de cette microfinance est fermée et les opérations d’identification des épargnants suspendue jusqu’à nouvel ordre. Il faut se rendre au siège social de Comeci, au quartier Akwa à Douala, pour être informé des changements survenus. Une disposition qui a le don d’énerver de nombreux épargnants. C’est le cas de Mathieu. Le commerçant de 62 ans venu de Bafoussam dans l’espoir d’être enfin enregistré. Et pour la deuxième fois, il a dû rebrousser chemin… un nœud dans la gorge. «C’est vraiment énervant, dit-il, en cette matinée du mardi 20 avril 2021. C’est la deuxième fois que je paie le transport de Bafoussam pour Douala, et que je rentre sans avoir été servi. S’il faut prendre en compte les frais de transport et les risques liés au voyage, je pense qu’à un moment je vais abandonner cet argent à la Comeci». L’homme, la soixantaine, dit avoir épargné près de 3,5 millions dans cette microfinance. «Et maintenant, que va-t-il se passer pour la suite ?», se demande-t-il comme nombre d’épargnants. A la Direction Générale de Comeci, il n’y a personne pour répondre. Si ce n’est cette note qui annonce le décès du liquidateur. Monsieur Towoua est décédé de suites de coronavirus, renseigne un communiqué de la Comeci. Il avait été désigné syndic aux côtés de Marthe Sévérine Bella Mendo, juge au Tribunal de Grande Instance du Wouri, pour conduire la liquidation de cette microfinance déclarée en cessation de paiement en avril 2019 par le même tribunal. Il avait donc, fin mars dernier, démarré la phase de déclaration des créances. L’opération consistait pour chaque créancier de fournir des pièces justificatives auprès de la direction générale, seule agence de Comeci encore ouverte. « Après cette phase je dois m’atteler à trouver par des recouvrements et la réalisation d’actifs les ressources nécessaires au paiement des créances, ce que je fais en même temps », nous disait Sieur Towoua au cours d’une interview en début de ce mois. Il s’était également illustré par un combat contre les escrocs qui utilisaient son identité pour arnaquer les créanciers via les réseaux sociaux. Il avait fait plusieurs communications à ce titre invitant les usagers à être prudents. Les épargnants résidant au Cameroun avaient 60 jours pour déclarer leurs créances. Soit jusqu’au mois de juin. Ils devront pour le moment prendre leur mal en patience comme l’indique le communiqué de la Comeci.

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.