Ceneema : 50 nouveaux responsables installés

0
250

L’équipe d’Andrée caroline Mebande Bate a pour mission de redynamiser le centre national d’études et d’expérimentation du machinisme agricole.


50 nouveaux responsables récemment nommés au Centre national d’études et d’expérimentation du machinisme agricole ont pris fonction le 4 août dernier. Ils ont été installés par la directrice générale du Ceneema, Andrée Mebande Bate. La responsable à la tête du Ceneema depuis décembre 2019 souhaite redynamiser cette structure, et compte pour cela sur ses nouveaux collaborateurs. Elle le leur a d’ailleurs rappelé. Leur cahier de charges est clair, ils devront mettre en œuvre le plan stratégique de l’entreprise adopté pour la période 2021-2025. Doté de 6 milliards, ce plan stratégique du « nouveau » Ceneema va s’articuler autour « du développement et la valorisation du potentiel d’appui technique et d’accompagnement, de la dynamisation de la recherche et de l’expérimentation, de l’innovation et de la formation, du déploiement d’une gouvernance exemplaire et renforcement des partenariats et des capacités des acteurs ». Créé en janvier 1974, le Ceneema n’a connu qu’un seul directeur général en 45 ans d’existence. Ce n’est que le 5 décembre 2019 que l’ancien Directeur, Ernest Ela Evina, a été remplacé par un décret du président de la République. Entré en léthargie pendant quatre décennies, le Ceneema a par ailleurs été réorganisé le 29 janvier 2019 par des textes du chef de l’Etat qui le dotent d’une direction générale. Et le 6 décembre 2019 la DG et le président du Conseil d’administration sont nommés.

- Publicité -

Les priorités de la nouvelle Ceneema «est la formation des formateurs, c’està-dire les enseignants des universités d’agronomie, des écoles et centres de formation du Minader (Ministère de l’Agriculture et du Développement rural, NDLR), la formation des utilisateurs que nous appelons vulgairement des tractoristes, la formation des maintenanciers, même des artisans locaux parce que la mécanisation ne va pas se limiter à utilisation des engins que nous allons importer. Il faut promouvoir la fabrication locale de certains équipements de mécanisation », a indiqué le directeur général du Ceneema.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here