CEMAC : un sommet des chefs d’Etats se tient le 18 août prochain

0
83

En prélude à ce rendez-vous, une session du conseil des ministres de l’Ueac organisée à douala, a débouché sur des propositions de réformes et mesures de relance économique à mettre sur la table.

- Publicité -

La Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac) fait face à un choc sécuritaire, sanitaire et pétrolier. Les effets de la pandémie sont venus s’ajouter aux tensions sécuritaires et à la chute des prix des hydrocarbures qui représentaient près de 70 % des exportations des pays membres. Comment donc se relever de ce triple choc ? Les leaders de la zone Cemac décideront des mesures à mettre en œuvre dans les prochains jours. Mais déjà, les ministres des finances et de l’Economie de la sous région se sont concertés sur la question et ont défini des pistes de relance économique.

En effet, la croissance avait repris une pente positive en 2019 grâce à des réformes économiques structurelles à la fois dans le cadre du Pref –Cemac que des programmes avec le FMI. Cette allure a brusquement été freinée par la pandémie COVID 19. D’où l’urgence de nouvelles orientations des politiques économiques. Les ministres de l’Economie et des Finances de l’Union Economique de l’Afrique Centrale, estiment que cette pandémie impose plus de vigilance dans la gestion des finances publiques. D’après le rapport sur la situation macro économique présenté à cette occasion, des pressions sont exercées sur les finances publiques par l’effet conjugué de la baisse des recettes et la hausse des dépenses. Pour y faire face, le conseil a instruit aux institutions communautaires et aux partenaires au développement de poursuivre leur accompagnement aux Etats membres dans leurs efforts de mobilisation des ressources internes et externes, en se félicitant des diverses initiatives prises au niveau international. Entre autres, le sommet de Paris sur le financement Post Covid des économies africaines, la reconstitution en cours des ressources de l’IDA 20 pour le financement du développement ou l’ambition du FMI d’aller vers une nouvelle émission des droits de tirages spéciaux

Sous la conduite du ministre camerounais Alamine Ousmane Mey, président de ce conseil, ils ont procédé à l’évaluation des réformes déjà entreprises, ont analysé l’évolution de l’impact du covid sur les économies de la sous région. Ils se sont également penchés sur des réformes en cours de mise en œuvre dans la zone, les besoins en financement, la stratégie de mobilisation des ressources et des propositions des mesures de redressement qui permettront à la Cemac de rebondir après ces différentes crises qui ont fragilisé son économie. Leurs recommandations basées sur plusieurs piliers seront soumis aux chefs d’Etats. Les ministres n’ont cependant pas dévoilé les axes de leurs propositions. Mais la commission de la Cemac avait soumis des recommandations dans un document qui servait d’outil de travail. Les dirigeants de la Cemac qui se réuniront le 18 de ce mois devront prendre des décisions pour cette relance économique qui se veut urgente. Elle est nécessaire dans un contexte marqué par l’entrée en vigueur de la Zlecaf, l’échéance de la première génération des programmes avec le FMI et les négociations d’une nouvelle phase entre l’institution de Breton Woods et les pays membres Cemac.

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here