Cameroun-France : Blick Bassy et l’historienne française Karine pour revisiter le passé sombre

L’information a été rendue publique ce 17 février par Radio France internationale (RFI).

Blick Bassy pour réécrire l'histoire France-Cameroun

L’artiste musicien camerounais Blick Bassy et l’historienne française Karine Ramondy présideront la commission mixte chargée de réécrire le passé entre la France et le Cameroun. L’information a été rendue publique ce 17 février par Radio France internationale (RFI). Les deux personnages ont en commun d’être engagés dans la dénonciation du passé « colonial » de la France au Cameroun. Une histoire marquée par un génocide orchestré en pays Bamiléké et Bassa ; et des assassinats de leaders nationalistes tels Ruben Um Nyobe et Félix Roland Moumié qui combattaient pour la réunification et l’indépendance des deux parties de l’ex Cameroun allemand. Ce sont les premiers pas de la réécriture de cette histoire dont des événements n’ont jamais été élucidés.

- Publicité -
Avec Blick Bassy, elle va rectifier l’histoire France-Cameroun

Une concrétisation d’une promesse faite par les deux derniers présidents français. Lors de sa visite au Cameroun en 2015, François Hollande avait été interrogé par la presse camerounaise au sujet de ce passé resté coincé dans les annales de l’histoire et dont des voix s’élevaient pour exiger des réparations. Le prédécesseur d’Emmanuel Macron avait reconnu que « c’est vrai qu’il y a eu des épisodes tragiques dans l’histoire. Il y a une répression dans la Sanaga maritime, en pays Bamiléké » ; avant d’indiquer que « je veux que les archives soient ouvertes pour les historiens ». Puis lu rien. Il faudra attendre l’arrivée de son successeur pour que cette question qui hante les deux pays, soit réchauffée. Après avoir avoué que le sujet était au menu de son entretien avec Paul Biya du Cameroun, le président français a fait un pas de plus en juillet 2022 lors de sa visite au Cameroun. Annonçant la mise sur pied d’une commission d’enquête mixte composée d’historiens et d’artistes, pour revisiter les cahiers de l’histoire commune des deux pays dans les années de tutelle du Cameroun : « je prends ici l’engagement solennel d’ouvrir nos archives en totalité à ce groupe d’historiens qui nous permettront d’éclairer ce passé », avait annoncé Emmanuel Macron.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.